Les sorties cinéma à ne pas manquer cette semaine

Edition numérique des abonnés

Le monde est à toi (Romain Gavras)

Romain Gavras signe une comédie pop barge et hyperdrôle qui remake de façon parodique ses influences US avec un panache tricolore qui a de la gueule. Ça nous réveille des comédies françaises sans saveur et ça fait du bien. Un film pour le fun mais aussi très symptomatique du monde dans lequel on vit. Et sa réalité, qui parle à nos peurs, est proche du cauchemar. Bien vu ! Au sommet d’un casting original, Isabelle Adjani, 62 ans, s’éclate et épate en burkini comme dans l’extravagance. Elle est géniale.

Under the silver lake

Voici un film comme on les aime, qui fait semblant de ne pas avoir l’air, mais qui finit par se dévoiler une fois l’écran redevenu noir de jais. Un faux thriller surréaliste et un vrai film intime sur la fin des illusions adolescentes. Il navigue sans cesse entre fantaisie et réalité et s’appuie sur un humour décalé et de multiples références à la culture pop. Jouissif et touchant.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite