Les militaires se retireront des gares et stations de métro à partir de septembre

©D.R
©D.R

A partir du mois de septembre prochain, les militaires vont progressivement mettre fin à leurs patrouilles dans les gares et stations de métro, indique dimanche soir VTM. Leurs missions de surveillance seront reprises par la police fédérale. Selon le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA), cette décision a été prise de longue date déjà en gouvernement.

«  La réduction des patrouilles de militaires sera menée en concertation avec la police et les services de sécurité et ne se fera pas aux dépens de la sécurité  », assure le ministre.

Présents aux endroits stratégiques

La disparition des militaires des gares et stations de métro ne se fera toutefois pas du jour au lendemain, mais de manière progressive. Ceux-ci resteront bien présents sur une série d’endroits stratégiques, comme la rue de la Loi, différentes ambassades, les institutions juives et internationales.

Cette réduction de la présence de militaires figure à l’agenda du conseil national de sécurité, qui rassemble des représentants du gouvernement, de la police, de la justice et des services de renseignement. Cette instance devra donner son feu vert à la mesure.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite