Alexis Tsipras: la Grèce «reprend aujourd’hui son destin en main»

©AFP
©AFP

La Grèce « reprend aujourd’hui en main son destin », s’est félicité mardi le Premier ministre grec Alexis Tsipras lors d’un message télévisé de l’île d’Ithaque, symbole du long voyage d’Ulysse.

Souhaitant marquer le premier jour de « la nouvelle ère de son pays débarrassé des memoranda (plans d’aide internationaux) et de la tutelle stricte des créanciers depuis huit ans  », Alexis Tsipras s’est rendu à Ithaque, en mer Ionienne, point de départ et de retour d’Ulysse dans l’Odyssée d’Homère, pour annoncer «  qu’un nouveau jour s’est levé  » pour son pays, «  un jour historique (…) celui de la fin des politiques d’austérité et de la récession  ».

La fin d’une tutelle stricte

Ce message veut sceller la fin de huit ans de tutelle stricte du pays sous l’étau des créanciers UE et FMI et dont le début remonte à avril 2010.

Le Premier ministre, au pouvoir depuis janvier 2015, avait dû signer contraint et forcé en juillet de la même année le troisième et dernier plan de prêts au pays.

Lundi, les dirigeants de l’Union européenne, le président du conseil européen Donald Tusk, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, mais aussi les dirigeants allemand et français, ont salué la sortie de la Grèce des plans d’aide en louant «  les efforts et les sacrifices des Grecs  » ainsi que «  la solidarité  » des Européens lors de la crise de la dette.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite