Marc Dutroux va envoyer une lettre «d’apaisement» aux familles des victimes (vidéo)

©PhotoNews
©PhotoNews

Selon SudPresse, l’avocat de Marc Dutroux est sur le point d’envoyer une lettre coécrite avec son client aux familles des victimes. «  Marc Dutroux a donné son aval sur le texte. Je cherche les dernières adresses avant de poster le tout  », explique Bruno Dayez à nos confrères. Une démarche, faite dans le cadre de sa demande de libération conditionnelle.

«  Il s’agit d’une lettre d’apaisement, d’ouverture  », continue l’avocat. Pas question de refaire la même erreur qu’en 2012, lorsque Marc Dutroux avait envoyé une lettre à Jean-Denis Lejeune dans laquelle il tentait de démontrer qu’il avait essayé de sauver la vie de sa fille. «  Marc Dutroux reconnaît son entière responsabilité dans la mort des quatre enfants. On fait une démarche envers les victimes. Celles-ci voudront peut-être des éclairages. Tout est envisageable  », argumente le conseil.

L’homme, aujourd’hui âgé de 61 ans, est en prison depuis 22 ans. Il est condamné à la perpétuité.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite