La police locale de Zaventem roulera en Tesla, une première en Belgique (vidéo)

Edition numérique des abonnés

La police locale de Zaventem sera la première du royaume à utiliser des Tesla tout électriques – deux modèles S – qui seront utilisées comme véhicules d’intervention, ont annoncé vendredi les autorités communales.

La police locale de Zaventem investit depuis une dizaine d’années dans un parc de véhicules plus verts dans le cadre de sa politique en matière de protection de l’environnement, a expliqué la bourgmestre, Ingrid Holemans (Open VLD).

Rouler plus vert

Elle a rappelé que sa zone de police s’était dotée dès 2007 d’une première voiture hybride, une Toyota Prius, qui avait remplacé un véhicule à moteur diesel. Au fil des ans, la police a acquis d’autres voitures hybrides ou roulant au gaz naturel. En 2017, elle a acheté neuf vélos électriques pour remplacer des cyclomoteurs.

Selon la police, les Tesla répondent à toutes les exigences imposées pour des véhicules d’intervention, en termes d’autonomie, de puissance et de vitesse. Elles disposent aussi d’un coffre suffisamment grand.

Les policiers de Zaventem recevront une formation afin de les utiliser au mieux.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite