Elio Di Rupo sur Benoît Lutgen: «Quelle sera sa prochaine trahison?»

Edition numérique des abonnés

Les leaders des partis font leur rentrée politique dans « Le Soir ». Chacun donne le ton de sa campagne et pose une question au président suivant.

Une question à Benoit Lutgen ?

« Non, je n’ai pas de question à Benoît Lutgen, il fait ce qu’il veut. Peut-être : quelle est sa prochaine trahison… ? »

Avant cela, Olivier Chastel avait posé une question à Elio Di Rupo.

« Si votre proposition de promouvoir la semaine de 4 jours, sans perte de salaire, est si neutre budgétairement et si évidente à mettre en place, pourquoi vous êtes-vous arrêté à 4 jours ? Dans la démagogie, j’aurais proposé à nos concitoyens de travailler 2 ou 3 jours… »

« Je suis un peu triste car j’ai beaucoup de considération personnelle pour le président du MR en tant que personne, c’est dommage qu’il s’aventure, pour des raisons politiques, à ridiculiser une proposition importante. Les gens ont travaillé 60 heures, 48 heures, 40 heures, 36 heures. A chaque fois qu’il y a eu une évolution dans la réduction des heures de labeur, les conservateurs ont crié au scandale. Et il y a 100, 150 ans déjà, ils tenaient exactement le même discours qu’Olivier Chastel : c’est utopique, c’est impossible, l’économie va s’effondrer. Toyota, BMW, en France il y a des centaines d’entreprises qui sont à 4 jours par semaine. A la Région wallonne, on a fait une expérience avec des personnes en fin de carrière. Avec la numérisation, on aura dans tous les cas une réduction du nombre d’heures de travail. Va-t-on dire demain par la loi, 4 jours semaine ? Non. Je ne l’ai jamais dit : j’ai toujours dit qu’il faut travailler secteur par secteur ou entreprise par entreprise, et le négocier avec les syndicats. Mais l’évolution naturelle, les analystes sérieux le disent, va vers la réduction du temps de travail. Et pour imager mon propos, je dis 4 jours par semaine, parce que ça, tout le monde comprend. Malgré mon amitié pour Martine Aubry, je n’ai jamais été partisan des 35 heures imposées. »

L’interview complète de Di Rupo et notre analyse sont à lire sur Le Soir +

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20140526-G2CV24 2014-05-26 13:14:01

    La check-list des élections communales

  2. En novembre, la Belgique devra se contenter d’un seul réacteur.

    Revoilà les prémices d’une pénurie d’électricité

  3. Le prix de l’abonnement annuel est fixé par le fournisseur et ne dépend pas du coût de l’électricité.

    Le médiateur de l’Energie annonce une action contre six fournisseurs

Chroniques
  • La check-list des élections communales

    Dans trois semaines, nous allons voter pour les communales. Alors que les partis scruteront et interpréteront les résultats à travers la grille des prochaines élections nationales et européennes – quand bien même on verra localement des alliances impossibles à d’autres niveaux –, il faudrait peut-être rappeler que ce scrutin est important pour lui-même et que les enjeux, même locaux, sont de taille.

    Des potentats difficiles à contester

    J’ai longtemps cru que l’échelon local était le plus propice à la mise en œuvre d’une véritable démocratie, et que l’on pouvait aisément y mettre en œuvre des processus de démocratie délibérative ou participative. Les quelques chroniques que j’ai consacrées à des sujets communaux (sur certaines communes du BW) m’ont cruellement démenti ; dans de nombreux cas, ces communes sont les lieux où sévissent des potentats autoritaires, totalement...

    Lire la suite

  • Ceci n’est pas une politique

    On avait annoncé des mesures concrètes pour gérer la problématique des transmigrants sur le territoire belge. Et à quoi a-t-on eu droit ce vendredi ? A un chiffre. Le gouvernement va augmenter en deux phases le nombre de ceux qui seront placés en centres fermés. C’est une rustine que le gouvernement a placée, parasitée, noyautée, détournée par les petites phrases d’un certain Bart – Y a qu’à – De Wever.

    Lire la suite