Le FMI prêt à exclure l’Argentine

Rédaction en ligne

Le FMI a ouvert la voie à des sanctions contre l’Argentine, pouvant aller jusqu’à l’exclusion du Fonds, en adoptant pour la première fois de son histoire, une « déclaration de censure » contre le pays, accusé de tronquer ses statistiques économiques.

  • Cristina Fernández de Kirchner, présidente de l’Argentine.©AP
    Cristina Fernández de Kirchner, présidente de l’Argentine.©AP

Dans un communiqué, le conseil d’administration du FMI, qui représente ses 188 Etats-membres, a appelé Buenos Aires à corriger « sans délai » les inexactitudes de ses statistiques de croissance et d’inflation et a fixé un nouvel ultimatum au pays pour fin septembre.

« Le conseil d’administration appelle l’Argentine à adopter sans délai les mesures visant à corriger les inexactitudes » de ses statistiques, indique le communiqué.

Dans le collimateur du FMI depuis juillet 2011, l’Argentine pourrait être privée d’accès aux ressources qu’elle verse au Fonds avant de se voir retirer ses droits de vote au sein de l’institution et, sanction ultime, d’en être exclue.

Un lourd passif

L’Argentine, qui a déjà un lourd passif avec le Fonds depuis sa faillite en 2001, est notamment accusée de minorer son inflation. En 2011, ses chiffres officiels faisaient état d’une inflation à 9,5 % alors que les instituts privés l’avaient évaluée à plus du double (23 %).

C’est la première fois dans l’histoire du Fonds monétaire international, créé en 1944, qu’une procédure de sanctions va aussi loin contre un pays en raison de problèmes de statistiques.

La Tchécoslovaquie reste le seul pays à avoir été exclu du FMI, au milieu des années 1950 alors que le pays était sous domination soviétique, mais le FMI n’avait pas alors utilisé cette procédure de « censure ».

Vos réactions

Voir toutes les réactions

51. lezinneke dit le 04/02/2013, 13:23

C'est un peu fort, c'est les Etats-Unis qui a conduit ce pays à la faillite, apparemment le faite que l'Argentine a tout renationalisé ne leur plait pas, surtout que depuis le pays renoue avec une croissance inégalée. L'Argentine semble menacer leur système.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 0
50. Labrador dit le 02/02/2013, 22:42

@ 49. Fritz Gardel 17:12 - C'est simple, ou bien vous faites partie de l'oligopole, une hybridation propriétaires-producteurs locaux / investisseurs internationaux (et votre capital suit ses règles) ou bien du reste de la population à son service. Celui qui compte se lancer comme entrepreneur seul n'a pratiquement aucune chance face à cet oligopole, et cela m'étonnerait que le gouvernement qui subit une double pression locale et internationale puisse alléger un marché réservé de facto, sa marge de manoeuvre est très réduite. Pour déconcentrer, il faudrait toucher à la propriété, ce qui n'est pas le cas. Remarquez en Belgique, c'est pareil, Goldman nous a imposé le quasi-monopole de Mittal (qui se demande d'ailleurs dans quel pétrin on l'a fourré), il faudrait annuler l'OPA sur Arcelor et redistribuer le marché à nos producteurs européens en priorité (et importer ensuite seulement si nécessaire) pour enfin relancer notre industrie et l'activité.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 1
49. Fritz Gardel dit le 02/02/2013, 17:12

@ Labrador Bon, voyons alors ce qui se passe dans les prochains mois. Avec un gouvernement, comme vous le décrivez, qui s'attaque aux vrais problèmes pour garantir une vraie liberté d'entreprendre, ça ne devrait pas tarder d'éradiquer cet oligopole. Affaire à suivre....

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 1 non 1
48. Labrador dit le 02/02/2013, 16:11

@ 47. Fritz Gardel 15:49. Je ne suis pas argentin, je suis belge, mais j'ai de la famille là-bas. Alors vous voulez investir en Argentine ? Pour la spéculation c'est trop tard, l'immobilier a augmenté trois fois entre 2002 et 2010 et se stabilise maintenant. Ce sont les grosses financières qui ont profité de la "crise" qu'elles ont provoquée, surtout dans les terres agricoles, réserves d'eau, etc, aujourd'hui super concentrées. Si vous vous voulez faire des affaires, par contre, vous pouvez proposer des services industriels, mais attention la concurrence devient rude puisque les multinationales reviennent en force, même les japonaises. Pour investir, je vous conseille d'attendre un peu, en Belgique dans pas trop longtemps, quand les conditions économiques seront meilleures et qu'on se décidera à relancer notre industrie.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 2 non 1
47. Fritz Gardel dit le 02/02/2013, 15:49

@Labrador Donc vous avez tout cela de première main puisque vous habitez l'Argentine. Mes infos sont tout a fait différentes. Je vais lire ce A. Zaiat. Vous pensez-donc on peut invéstir en Argentine?

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 2 non 2
Voir toutes les réactions »

Osez la rencontre !