La présentatrice météo de la RTBF Cécile Djunga en pleurs: «Je reçois des tonnes de messages racistes» (vidéo)

Edition numérique des abonnés

Cécile Djunga, comédienne et présentatrice météo sur la RTBF, s’est confiée dans une vidéo Facebook ce mercredi soir. Victime de racisme, elle y exprime sa sidération et son ras-le-bol face aux nombreuses insultes qu’elle reçoit depuis un an.

La présentatrice débute sa vidéo avec un exemple tout frais. «  Hier, au boulot, une dame a appelé pour dire que j’étais trop noire, qu’on ne voyait rien à l’écran, qu’on ne voyait que mes habits et que je ne passais pas bien à la télé parce que j’étais trop noire, et qu’il fallait me le dire  ».

Partagée entre le rire et la colère, Cécile Djunga explique qu’elle est souvent confrontée à ce type de réflexions racistes. «  Je suis partagée entre plusieurs sentiments, parce que, quand même je crois qu’on touche le fond  ». « Ça commence à vraiment m’énerver ce genre de message, ça ne s’arrête pas, depuis un an que je fais ce métier. Je reçois des tonnes de messages racistes, insultants, ça me met en colère et ça me touche parce que je suis un être humain en fait. »

«  Recevoir des messages tels que « sale négresse rentre dans ton pays », j’en ai marre  », raconte la présentatrice émue aux larmes. « J’ai décidé que j’allais le dire parce qu’il y a trop de gens qui pensent qu’en Belgique, le racisme ça n’existe pas  ».

«  Tous les messages que je reçois, maintenant, je vais les balancer  », prévient Cécile Djunga.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite