Brésil: l’agresseur du candidat d’extrême droite dit avoir agi «sur l’ordre de Dieu»

L’homme qui a poignardé jeudi le candidat d’extrême droite à la présidentielle au Brésil Jair Bolsonaro a dit avoir agi «  pour raisons personnelles  » et «  sur l’ordre de Dieu  », selon un rapport préliminaire de la police militaire.

«  Il nous a dit que l’attentat avait été motivé par des raisons personnelles, que nous n’avons pas pu comprendre  », parce qu’il «  disait aussi à certains moments qu’il avait agi ‘sur l’ordre de Dieu’», lit-on dans le rapport de la police militaire du Minas Gerais (sud-est), divulgué après l’attaque contre le député dans la ville de Juiz de Fora.

Selon la reconstitution des faits, survenus vers 15h (18h GMT), l’assaillant, Adelio Bispo de Oliveira, 40 ans, «  est sorti de chez lui avec un couteau  » pour rejoindre la marche de sympathisants de M. Bolsonaro.

Des images tournées avec des smartphones et postées sur les réseaux sociaux montrent comment l’agresseur a attendu le moment où le candidat, porté sur des épaules de sympathisants, passait à côté de lui, pour le frapper à l’abdomen alors qu’il levait les bras.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite