Netflix grand gagnant de la 75e Mostra: le Lion d’or pour «Roma», du Mexicain Alfonso Cuaron

La 75e Mostra de Venise a décerné samedi son « Lion d’or du meilleur film » au réalisateur mexicain Alfonso Cuaron pour « Roma », un film distribué par Netflix.

Le jury présidé par le Mexicain Guillermo del Toro, lui-même Lion d’or l’an dernier, a récompensé ce récit aux accents autobiographiques, qui raconte l’histoire de deux femmes de conditions sociales différentes dans le Mexico des années 1970.

Avant même la remise des prix, un grand gagnant se distinguait cette année à la Mostra : Netflix. Un constat qui se confirme encore un peu plus puisque c’est Alfonso Cuaron qui remporte le Lion d’or pour Roma, plongée dans le Mexique des années 70.

Le Grec Yorgos Lanthimos remporte le grand prix du Jury pour The Favourite. Jacques Audiard est sacré meilleur réalisateur pour son premier film en anglais : The Sisters Brothers, avec J.C. Reilly et Joaquin Phoenix. Enfin, l’Australienne Jennifer Kent, seule femme en compétition, reçoit un prix spécial pour The Nightingale.

Du côté des acteurs et actrices, c’est Willem Dafoe qui se distingue pour son interprétation investie de Van Gogh dans At Eternity’s Gate de Julian Schnabel et la fantastique Olivia Colman, Reine Anne mythique dans The Favourite de Yorgos Lanthimos.

Baykali Ganambarr, jeune acteur jusqu’ici inconnu, reçoit quant à lui la Coupe Volpi de la révélation masculine pour The Nightingale de Jennifer Kent.

Le palmarès complet

Lion d’Or du meilleur film :

« Roma » du Mexicain Alfonso Cuaron

Lion d’Argent Grand Prix du jury :

« The Favourite » du Grec Yorgos Lanthimos

Lion d’Argent de la meilleure mise en scène :

Jacques Audiard pour « Les Frères Sisters »

Prix du meilleur scénario :

Les Américains Joel et Ethan Coen pour « The Ballad of Buster Scruggs »

Prix spécial du jury :

« The Nightingale » de l’Australienne Jennifer Kent

Coupe Volpi de la meilleure interprète féminine :

Olivia Coleman dans « The Favourite »

Coupe Volpi du meilleur interprète masculin :

Willem Dafoe dans « At Eternity’s Gate »

Prix Marcello-Mastroianni du meilleur espoir :

Baykali Ganambarr dans « Nightingale »

Lion d’Or pour l’ensemble de leur carrière à l’actrice britannique Vanessa Redgrave et au réalisateur canadien David Cronenberg

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Michel Croisé varie les plaisirs, selon les exigences de son agenda.

    Semaine de la mobilité: «Il faut encourager les gens à se passer de la voiture quand c’est possible»

  2. Le médecin belge Yves de Locht a entrepris une tournée de sensibilisation des médias français et écrit un livre.

    Euthanasie: «Elle est partie dans les meilleures conditions possibles»

  3. Le MR ne veut pas être associé à ce qui est considéré par beaucoup comme une erreur du secrétaire d’Etat N-VA. © Belga.

    Pourquoi Charles Michel recadre Theo Francken sur son action vis-à-vis des migrants en transit

Chroniques
  • Simplifier l’orthographe, compliquer la lecture

    Lorsque Le Soir a publié, le 3 septembre, un article relayant l’idée de simplifier les règles d’accord du participe passé, j’ai cru que cela allait provoquer une de ces polémiques dont les questions touchant à l’orthographe ont le secret.

    Mais la polémique n’a pas eu lieu, en tout cas dans les colonnes du journal : j’y ai juste trouvé une lettre de protestation d’un lecteur.

    Il faut dire qu’à lire le dossier du Soir, l’affaire semblait pliée. Lancée par un spectacle relayé par la RTBF et par une carte blanche de ses deux auteurs dans Libération, l’idée était appuyée par une interview de Dan Van Raemdonck, professeur de linguistique à l’ULB, et par une carte blanche électronique, « Les leçons du (participe) passé », signée par des dizaines de linguistes et de grammairiens...

    Lire la suite