Affaire Skripal: la Russie a retrouvé les suspects identifiés par Londres, «des civils», affirme Poutine

© EPA
© EPA

La Russie a identifié les personnes soupçonnées par Londres d’avoir empoisonné l’ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille en Angleterre, a annoncé mercredi Vladimir Poutine, assurant qu’il s’agissait de « civils » et non d’agents du renseignement militaire comme l’affirment les autorités britanniques.

« Nous savons de qui il s’agit, nous les avons trouvés. Mais nous espérons qu’ils apparaîtront eux-mêmes au grand jour pour dire qui ils sont  », a déclaré Vladimir Poutine lors d’un forum économique dans l’Extrême orient russe. «  Ce sont des civils bien sûr », a-t-il ajouté. « Je vous assure qu’il n’y a là rien de criminel », a-t-il poursuivi.

Selon Londres, l’attaque a été perpétrée par deux « officiers » du GRU, identifiés par la police britannique comme étant les ressortissants russes Alexander Petrov et Ruslan Bochirov, deux noms que la police soupçonne cependant d’être des noms d’emprunt. Ils font l’objet d’un mandat d’arrêt.

Depuis le départ, le Royaume-Uni accuse Moscou d’être à l’origine de l’attaque, qui avait engendré une grave crise diplomatique entre le Kremlin et les Occidentaux.

Les Skripal ont survécu à l’empoisonnement, ainsi qu’un policier contaminé en leur portant secours.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite