Les Diables rouges devant la France au classement Fifa? Pas forcément…

Edition numérique des abonnés

La Belgique est actuellement deuxième, à seulement trois points de la France. Après les larges succès en Écosse (0-4) et Islande (0-3), les Diables Rouges totaliseront le même nombre de points que la France. Les champions du monde ont battu dimanche les Pays-Bas (2-1), mais avaient partagé en Allemagne (0-0) quelques jours plus tôt.

Edition numérique des abonnés

S’il est donc certain que les Diables rouges seront numéro 1, ils pourraient toutefois être à égalité avec la France. En effet, comme l’ont remarqué nos confrères du Nieuwsblad, si la Fifa ne tient pas compte des points après la virgule, Bleus et Diables seront parfaitement ex-aequo.

Actuellement, l’Espagne et le Danemark ont le même nombre de points (lorsque ceux-ci sont arrondis). Si on tient compte des chiffres derrière la virgule, l’Espagne est devant au classement. Or, les deux équipes sont considérées comme à la position « 9 » du classement. Bref, nous serons numéro 1, mais il n’est pas impossible que nos voisins le soient également…

Réponse le 20 septembre, jour où le nouveau classement Fifa sera annoncé.

Les Diables rouges ont déjà été N.1 au classement Fifa entre novembre 2015 et avril 2016.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite