Cristiano Ronaldo ouvrira son prochain hôtel «CR7» à Paris

Edition numérique des abonnés

L’international portugais Cristiano Ronaldo a choisi Paris pour installer son sixième hôtel de la marque « CR7 », dont l’ouverture est prévue en 2021, a annoncé mercredi à Lisbonne le groupe hôtelier Pestana, associé à la star du ballon rond dans ce projet.

L’hôtel quatre étoiles de 210 chambres, soit le plus grand du réseau « CR7 », « représente un investissement de 60 millions d’euros » et sera située sur la « rive gauche » à Paris, entre la gare d’Austerlitz et la gare de Lyon, a indiqué le groupe portugais Pestana.

À l’instar des autres hôtels de la chaîne « CR7 », les investissements sont réalisés à 50-50 entre le quintuple Ballon d’or de 33 ans et Pestana, qui assure la gestion des établissements, a précisé le groupe hôtelier.

« Il est tout à fait sensé que la marque Pestana CR7 s’installe à Paris, une des villes les plus visitées du monde », a souligné le joueur de la Juventus de Turin, cité dans un communiqué de presse.

L’attaquant, qui prépare sa reconversion dans le monde des affaires depuis longtemps avait inauguré en 2016 ses premiers hôtels à Lisbonne et Funchal, sa ville natale et capitale de l’île de Madère.

D’ici 2020, trois autres hôtels devraient ouvrir leurs portes à Madrid, New York et Marrakech.

A terme, la chaîne « CR7 », une des quatre marques du groupe Pestana, comptera « près de 800 chambres dans six destinations » touristiques importantes dans le monde, a souligné le numéro un de l’hôtellerie portugaise, également originaire de Madère.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite