Coupe de Belgique: la plainte de Duffel qui réclamait un nouveau tirage au sort est rejetée

Edition numérique des abonnés

Le Comité exécutif de l’Union Royale belge de football (URBSFA) a rejeté la plainte «  infondée  » du KFC Duffel (D2 amateurs), qui réclamait un nouveau tirage au sort des 16e de finale de la Coupe de Belgique (Croky Cup).

Le 30 août Duffel, deux jours après le tirage effectué au centre national du football à Tubize, avait déposé une plainte auprès du département Compétitions de l’Union belge.

Ce tirage, selon le club anversois, avait été entaché par une irrégularité, une des boules de l’urne contenant les équipes de division 1A s’étant ouverte. Elle avait été retirée par Jan Claes, le représentant du sponsor de l’épreuve Croky, puis remise dans le saladier par Mathias Levacq, un officiel, après avoir vérifié que la boule était cette fois bien fermée. Le caractère secret du tirage au sort, toujours selon Duffel, n’avait donc pas été respecté.

Le département juridique de l’Union belge qui a examiné le dossier n’a pas entériné cet avis et a rejeté la plainte, qualifiée d’infondée, après examen des images filmées de la cérémonie. Il souligne que seul Duffel, parmi les trente-deux clubs concernés, a contesté le résultat de ce tirage au sort, qui est donc définitivement validé.

Il n’empêche que lors du tirage du deuxième match, la boule en question a été remise dans le tas, pendant qu’on en sortait une autre (celle de l’AS Eupen, opposée à Tubize, qui ne pouvait donc pas tomber sur le club dont la boule s’était ouverte).

Duffel devra cependant bien se déplacer à Saint-Trond, comme l’avait décidé le tirage au sort.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite