La ville est nulle sans bulles, mais pas sans voiture: votre week-end en 20 clics

VENDREDI

Haroun

Humour – LOL Arena (Waterloo)

Un premier de classe de l’humour qui parle, avec sa voix un peu traînante d’ado sympatoche, d’éducation, de racisme, d’écologie, voire de religion et de terrorisme. Tout cela sans jamais rien sacrifier de son intelligence, de sa finesse d’analyse et de ses penchants absurdes.

VENDREDI et SAMEDI

Scapin 68

Théâtre – Théâtre du Parc (Bruxelles) jusqu’au 26 octobre

Molière en mode flower power ? C’est Scapin 68 , mis en scène par Thierry Debroux. Ou comment la commedia dell’arte interroge les évènements de Mai 68. A partir de 6 ans.

L’homme de la Mancha

Comédie musicale – KVS (Bruxelles) jusqu’au 28 septembre

Ils viennent aussi bien d’Anvers que du Brabant wallon, mais aussi des Etats-Unis, du Congo, d’Albanie, du Liban, d’Argentine ou de l’Uruguay, et sont une quarantaine à avoir bâti une Babylone musicale. Sur le plateau se mêlent des musiciens de la Monnaie et des comédiens plus ou moins novices. Don Quichotte devient alors une ode à la diversité culturelle de Bruxelles. L’enjeu est de respecter l’œuvre telle qu’imaginée par Jacques Brel, tout en la rendant contemporaine.

De VENDREDI à DIMANCHE

Nos visites des expos qui se terminent ce week-end

Edition numérique des abonnés

Toute dernière occasion pour visiter les expos Liliane Vertessen (photo), « Entrechats » et « Emosong » à Charleroi, « Sanguine/Bloedrood » à Anvers, Françoise Pétrovitch à La Louvière et Claude Viallat à Knokke.

La sélection night-club du week-end

A Mons, Liège, Huy, Charleroi, Bruxelles…

Les brocantes du week-end

A Mettet, Tournai, Pommerœul, Maisières, Bruxelles…

Les sorties cinéma de la semaine

Rêver sous le capitalisme , un documentaire d’une simplicité magistrale : danger ! Gutland , un thriller psychologique tout en tension et en non-dit, joliment maîtrisé. Et My generation , un concentré de plaisir.

Fête de la BD

Bozar et Musée du Cinquantenaire (Bruxelles)

Conférences, dédicaces, cinéma, Balloon’s Day Parade, Festival Spirou, expo Alix…

Mâäk + Kojo

Jazz/musique du monde – Espace Senghor (Etterbeek)

Le Senghor célèbre ses trente ans. Mâäk fête ses trente ans. Pourquoi ne pas faire la teuf ensemble ? A Mâäk, collectif de jazz à géométrie variable, fasciné par les rencontres, s’ajouteront la fanfare Babelouze samedi et le chœur Les Estourdions dimanche. Une expérience où se mêlent cuivres, percussions, chants et danses vaudous, transe.

Tout est paysage

Exposition – Parc du château d’Enghien jusqu’au 23 septembre

Edition numérique des abonnés

Une douzaine d’artistes ont créé des œuvres inspirées à la fois par le thème du paysage et par la notion de miroir. Les œuvres dialoguent ainsi avec les vastes allées d’un parc magnifique, de petits bijoux architecturaux sortis du passé, une forêt de feuillus ayant gardé par endroits le côté sauvage de la nature indomptée, des plans d’eau où s’ébattent poissons, insectes et volatiles… Un parcours où le paysage, réel ou recréé, ne cesse de se révéler et de se reconstruire.

Unrest

Exposition – De Markten (Bruxelles) jusqu’au 14 octobre

Un tour d’horizon de l’état d’un monde agité, se défiant des habitudes de la photographie documentaire. Au fil des semaines, des rencontres, conférences, lectures et autres workshops seront aussi proposés.

Objets ambigus

Exposition – Bozar (Bruxelles) jusqu’au 14 octobre

Edition numérique des abonnés

La collection unique de Solange Thierry-de-Saint Rapt, l’une des plus belles d’Europe, veut « dépasser les limites du bijou traditionnel ». Loin, très loin des diamants de chez Tiffany.

Coup d’envoi de la Biennale de Mons

Le lancement de la grande expo Niki de Saint Phalle au BAM, de l’art vivant sous toutes ses formes, le Grand Final du Grand Huit, la gastronomie à l’honneur, un grand spectacle rassembleur sur la Grand-Place et, en guise de bouquet final, un feu d’artifice.

SAMEDI

Les 40 ans d’Igloo

Jazz – Théâtre Marni (Ixelles)

Le trompettiste Jean-Paul Estiévenart fête les 40 ans du label Igloo, qui a tant aidé le jazz belge. En trio d’abord. En septet ensuite, avec Sacha Toorop à la voix et à la guitare.

OdeGand

Festival musical – Centre-ville de Gand

60 concerts in- et outdoor en 15 endroits le long de l’eau.

Nuit de l’orgue

Musique classique – Bozar (Bruxelles)

Orgue et chœur, orgue et danse, orgue et saxophones, les grands tubes à 22h00, orgue et film, orgue et électronique : l’instrument-roi va en voir de toutes les couleurs !

SAMEDI et DIMANCHE

Journées du patrimoine

Région de Bruxelles-Capitale

Des patrimoines immobiliers, mobiliers ou immatériels souvent étonnants, parfois insolites mais toujours attachants : ce programme « Le patrimoine, c’est nous ! », qui donnera accès à de très nombreux lieux parfois méconnus, reflète la vision de leur patrimoine qu’ont les citoyens, les institutions, les associations et autres comités de quartier.

DIMANCHE

Céline Scheen

Musique classique – Kloster Heidberg (Eupen)

Accompagnée à la harpe baroque par Giovanna Pessi, la soprano belge visite le paysage du chant accompagné italien en compagnie d’une grande dame, Barbara Strozzi, et d’une multitude de maîtres italiens, de Caccini à Frescobaldi. Un florilège vocal incomparable.

Dimanche sans voiture

Région de Bruxelles-Capitale

Sans voiture, mais pas sans animations !

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite