Lessines: la sortie du «groupe des Nègres» n’aura pas lieu grâce à la lettre d’un groupe antiraciste

D.R
D.R

Le groupe antiraciste Bruxelles Panthères a fait parvenir une lettre au bourgmestre de la commune des Deux-Acren, entité de Lessines, pour demander l’interdiction de la sortie du « groupe des Nègres ». Bruxelles Panthères dénonce, dans sa lettre, le recours au blackface lors de ce défilé.

«  Sur des photos de la « kermesse des Culants », on peut y voir des hommes au maquillage noir portant des colliers d’os, le tour des lèvres maquillé en rouge. Que des blancs se déguisent en noirs ainsi dans la ville n’est pas une pratique qui fait honneur à votre ville. Cette pratique raciste enseigne depuis cinquante ans aux enfants que les noirs sont des sauvages  », écrit le comité antiraciste dans sa lettre, publiée par la RTBF.

Le bourgmestre a pris la décision d’annuler la sotie du « groupe des Nègres », alors que le groupe antiraciste menace de débordements. «  Pour éviter tout risque de débordement que vous ne souhaitez certainement pas, je vous demande l’annulation de l’événement intitulé « la sortie des Nègres » (…) Dans le cas contraire, nous serons obligés de venir à Lessines nous-même afin de sensibiliser les habitants et les participants des pratiques racistes du Blackface  ».

Interrogé par la RTBF, le bourgmestre de Lessines se dit déçu. «  Je prône naturellement la défense de nos traditions, de notre culture et de notre folklore, et tout ça, dans un esprit de tolérance  », a-t-il déclaré.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite