Pour Romelu Lukaku, apprendre de Thierry Henry et Didier Drogba est «la meilleure chose qui pouvait arriver»

©Photonews
©Photonews

Romelu Lukaku poursuit sur la lancée de sa Coupe du monde : 3 buts en quatre journées avec Manchester United et 3 buts avec les Diables rouges en deux rencontres. Dans un entretien accordé à la BBC, l’attaquant s’est confié sur son coach en club, José Mourinho, ses mentors Thierry Henry, Didier Drogba et Nicolas Anelka ainsi que les raisons de sa grande forme.

José Mourinho, particulièrement critiqué après le mauvais début de saison de Manchester United (6 points sur 12), a trouvé en Lukaku un soutien de taille. «  Les gens connaissent son côté ‘winner’, mais ce que moi j’apprécie chez lui c’est qu’il ne ment pas sur ses émotions. Quand il est en colère, vous savez qu’il est colère. Quand il est heureux, vous voyez qu’il est heureux  », explique l’attaquant. «  Ma relation avec lui est cool. Il me fait rire, il fait rire les joueurs. C’est un vrai père de famille. Il se bat pour ses joueurs, il est vrai. Quand tu n’es pas heureux, tu n’as pas besoin de faire semblant.  » Lukaku estime que les gens devraient justement apprécier l’honnêteté affichée par le Portugais. «  La plupart des managers de Premier League, quand ils ne sont pas heureux, ils vont chercher un moyen de paraître heureux. Vous devriez respecter le fait qu’il veut rester fidèle à lui-même et n’a pas peur de la confrontation.  »

Les conseils de Henry, Drogba et Anelka

Lukaku a déjà inscrit 104 buts en Premier League et a eu besoin de 30 rencontres de moins que Didier Drogba pour atteindre ce palier. «  Mais lui, il a gagné quatre titres de champions d’Angleterre et moi, aucun  », souligne « Big Rom ». L’Ivoirien a eu une grande influence dans la carrière du Diable, tout comme Thierry Henry, l’actuel T2 de l’équipe nationale belge.

«  Avec Didier Drogba, nous parlons tous les jours. Il fait partie du ‘processus’ depuis mes débuts en Premier League. Même si nous ne sommes pas dans le même vestiaire depuis des années, il fait toujours partie de mon entourage. À la Coupe du monde, il était presque tout le temps à l’hôtel. Vous imaginez ? J’avais Thierry Henry et Didier Drogba autour de moi pour me dire ce qui allait bien ou pas dans mon jeu. Ils savent que j’accepte leurs critiques, car je veux avoir la même carrière qu’eux.  » Nicolas Anelka est également présent dans l’entourage de l’attaquant belge. «  Parfois, je vois aussi Anelka. Ce sont les trois joueurs avec qui j’ai grandi. Apprendre à leurs côtés, c’est la meilleure chose qui me soit arrivée.  »

Quitter le football sans regret

À 25 ans, Romelu Lukaku cherche en permanence à améliorer son jeu. «  J’essaie de regarder autant de matches que possible de la saison précédente pour voir les erreurs que j’ai commises et les points à améliorer. Je marque de plus en plus de buts, saison après saison, parce que je connais mes erreurs du passé.  »

Cette perpétuelle recherche du mieux est guidée par la passion que le Diable voue à son sport. «  Le football, c’est quoi ? 15 ans ? Je veux investir 100 % de ma vie dans ce sport. Comme ça, quand tout sera fini, je n’aurai aucun regret  », conclut Lukaku.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite