Pensions: le front commun syndical attend plus de 10.000 manifestants le 2 octobre à Bruxelles

Image d’illustration ©Photonews
Image d’illustration ©Photonews

Le front commun syndical organisera le 2 octobre une manifestation régionale, place de l’Albertine à Bruxelles, contre les mesures prises par le gouvernement fédéral en matière de pensions. Plus de 10.000 manifestants y sont attendus, ont annoncé jeudi la FGTB Bruxelles, la CSC Bruxelles et la CGSLB Bruxelles dans un communiqué commun.

Des prises de paroles sont prévues dès 10h30 alors que la fin de la manifestation est attendue vers 13h à proximité de la gare centrale.

Une délégation devrait également rencontrer le Premier ministre, Charles Michel, et le président de la Chambre, Siegfried Bracke, pour leur faire part des revendications syndicales.

Les revendications syndicales

Ces dernières portent notamment sur des crédits-temps de fin de carrière à 55 ans et une pension légale à 65 ans maximum. «  Travailler jusque 67 ans est infaisable  », jugent les syndicats, pour qui «  jusqu’à 67 ans, tous les métiers sont pénibles  ».

Le front commun demande également «  des fins de carrière décentes qui tiennent compte de la pénibilité  ». «  Le gouvernement ne tient plus compte de la concertation sociale et cherche à imposer sa vision de la pénibilité : quelle que soit la pénibilité du métier, une forte diminution du montant de la pension est prévue en cas de départ avant l’âge légal  », déplorent les trois syndicats.

Cette manifestation à Bruxelles s’inscrit dans le cadre d’une journée d’actions décentralisées contre la réforme des pensions aux quatre coins du pays.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite