Plus de 70 policiers pour assurer la sécurité du procès autour de la mort d’un Hells Angels (vidéo)

Edition numérique des abonnés

D’importants moyens policiers ont été déployés vendredi matin au palais de justice de Liège, où doit se dérouler dès 14h00 le procès des dix motards poursuivis en lien avec l’homicide de Jeff Nyssen. Un peloton de la police fédérale composé de 70 policiers a été détaché à Liège pour assurer la sérénité des débats et la sécurité du procès qui devrait durer deux semaines.

Jean-François Nyssen, dit « Jeff », un Tihangeois de 52 ans, avait été tué le 26 décembre 2015 devant un club de Haccourt. Le membre des Hells Angels était décédé après avoir été frappé de plusieurs coups de couteau à la gorge. Dix personnes, soupçonnées d’être impliquées à des degrés divers, ont été renvoyées devant le tribunal correctionnel en rapport avec cet homicide.

Deux bandes rivales

Le procès évoquera l’affrontement qui avait eu lieu entre membres de deux organisations de motards, les Hells Angels et les Outlaws. Ces deux bandes rivales pourraient vouloir assister au procès. Outre l’interdiction du port des couleurs ou de tout autre signe distinctif d’une appartenance à un club de motocyclistes ou l’autre, formulée par arrêté par le bourgmestre de Liège, des mesures de sécurité spéciales ont été mises en place autour du palais de justice.

Vendredi, en cours de matinée, la police a installé son dispositif d’accès au palais de justice. Un peloton de 70 policiers de la police fédérale a été spécialement affecté à la sécurité du procès. La police dispose d’une arroseuse et d’un chien policier pour contrôler d’éventuels débordements.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite