Pep Guardiola rassure sur la blessure de Kevin De Bruyne: «Il progresse vite»

©Photonews
©Photonews

Kevin De Bruyne est un élément indispensable dans l’effectif de Manchester City, mais est pour le moment écarté des terrains en raison d’une blessure au genou.

Pep Guardiola, qui devra faire sans lui jusqu’en novembre, a loué les qualités du Diable dans un entretien à Jorge Valdano sur Movistar. «  Il est très bon. Il est très dynamique. L’autre jour, j’ai rencontré ses parents et on comprend souvent mieux comment quelqu’un est quand on connaît ses parents. C’est un garçon incroyable.  »

Ce vendredi en conférence de presse, le technicien catalan a donné des nouvelles de son maître à jouer qui semble être sur le bon chemin. « D’après les docteurs, Kevin De Bruyne progresse bien. » Mi-août, le Belge de 27 ans s’est occasionné une grave blessure au genou durant l’un des entraînements des Skyblues.

Pion majeur de son équipe, Kevin De Bruyne a joué la bagatelle de 52 rencontres la saison dernière, dont 37 des 38 en championnat, marquant 12 fois et délivrant, surtout, 21 assists.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite