Un adolescent ouvre le feu dans une école aux Pays-Bas

© Capture d’écran youtube
© Capture d’écran youtube

Un garçon de 16 ans a tiré plusieurs coups de feu dans une école de Roermond, dans le sud-est des Pays-Bas. La police a retrouvé des armes et une hache au domicile de l’adolescent, ainsi que plusieurs douilles.

Le jeune homme s’est présenté vendredi matin avec une arme à feu et une hache au Centre de connaissance et d’expertise (KEC), un établissement de soins et d’enseignement spécialisés. Il a ensuite ouvert le feu à plusieurs reprises dans et en dehors de l’école, sans toutefois blesser personne.

Les professeurs de l’établissement ont ensuite tenté de maintenir un dialogue avec l’adolescent, avant que des agents ne maîtrisent finalement le garçon.

La police suppose qu’une dispute avec un camarade de classe est à l’origine de l’incident.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite