Famille serbe: Catherine Fonck plaide pour un bracelet électronique à la place de l’enfermement

©Dominique Duchesnes/Le Soir
©Dominique Duchesnes/Le Soir

Suite à l’enfermement de la famille serbe dans le centre 127 bis à Steenokkerzeel, la cheffe de groupe CDH à la Chambre, Catherine Fonck, appelle le gouvernement fédéral à une approche alternative à l’enfermement. La députée fédérale demande que la famille serbe (qui s’était échappée de la maison de retour ce jeudi avant d’être retrouvée ce vendredi) ne soit pas remise au centre fermé mais en maison ouverte «  avec le port parental d’un bracelet électronique  ».

Pour Catherine Fonck, «  les quatre semaines qu’ont passées les enfants au centre fermé 127 bis, alors même que l’expulsion n’est pas définitivement validée et que des recours sont encore possibles, sont un délai inacceptable. Il ne peut donc pas être question de les enfermer à nouveau et il doit en être ainsi jusqu’à ce que la décision définitive d’expulsion soit validée. Toutes les procédures peuvent être menées par l’Office des étrangers en maison ouverte, sans aucun problème  », appuie la députée dans un communiqué.

Le but est d’éviter le centre fermé aux enfants

La solution proposée permettrait de ne pas placer les enfants en centre fermé tout en empêchant que la famille ne disparaisse. «  Placer cette famille en maison ouverte et non en centre fermé est impératif pour le bien des enfants  », continue la députée.

Comme le rappelle Catherine Fonck, d’autres pays ont déjà adopté le bracelet électronique dans l’attente d’expulsion à la place de l’enfermement de familles. «  C’est donc véritablement une alternative crédible  », conclut la cheffe de groupe CDH.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite