Florence «ravage» la Caroline du Nord: plusieurs morts

L’ouragan Florence a fait ses premiers morts aux États-Unis, dont une femme et son bébé, les vents violents déracinant vendredi des arbres et les pluies torrentielles provoquant des inondations qui ont pris au piège des dizaines d’habitants.

Au moins quatre décès ont été signalés, par des sources officielles et par les médias.

«  Une femme et son bébé ont été tués lorsqu’un arbre est tombé sur leur maison. Le père a été blessé  » et hospitalisé, a écrit la police sur Twitter. Accompagné de pluies torrentielles et de vents violents, l’ouragan a touché terre en Caroline du Nord vendredi matin.

Une autre femme, qui était souffrante, est décédée car les secours n’ont pas pu parvenir jusqu’à elle à cause des arbres bloquant les rues, selon une porte-parole du comté de Pender. Elle aurait succombé à une crise cardiaque, d’après les médias locaux.

Selon plusieurs médias, une quatrième personne a trouvé la mort dans cet État en branchant un générateur.

Des inondations « catastrophiques »

Accompagné de pluies torrentielles et de vents violents, l’œil de l’ouragan a touché terre près de Wrightsville Beach (Caroline du Nord) à 07H15 (11H15 GMT), avec des vents jusqu’à 150 km/h (catégorie 1 sur une échelle de 5), selon le Centre national des ouragans (NHC).

Edition numérique des abonnés

Florence est en train de « ravager » la Caroline du Nord, a déploré son gouverneur Roy Cooper, en conférence de presse.« Nous sommes très inquiets du fait que des localités entières puissent être détruites ».

La région fera face à une « menace importante » pendant encore au moins un jour, voire 36 heures, selon Jeff Byard, un responsable de l’Agence fédérale américaine des situations d’urgence (Fema).

« Des inondations catastrophiques de cours d’eau douce sont attendues dans des zones de la Caroline du Sud et du Nord », selon le NHC.

Facteur aggravant : Florence avance lentement, à 7 km/h, et déverse donc ses pluies torrentielles pendant de longues heures sur les mêmes régions.

Rétrogradé en tempête

L’ouragan Florence a été rétrogradé au stade de tempête tropicale après avoir perdu de la vigueur en atteignant la côte est américaine, a annoncé vendredi le centre national des ouragans (NHC).

Le président américain Donald Trump se rendra, lui, la semaine prochaine dans les zones touchées.

Les infos en direct sur ABC

L’ouragan Florence rétrogradé en tempête tropicale

L’ouragan Florence a été rétrogradé au stade de tempête tropicale après avoir perdu de la vigueur en atteignant la côte est américaine où les vents violents et les pluies diluviennes ont fait de gros dégâts, a annoncé vendredi le centre national des ouragans (NHC). Le président américain Donald Trump se rendra, lui, la semaine prochaine dans les zones touchées.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Michel Croisé varie les plaisirs, selon les exigences de son agenda.

    Semaine de la mobilité: «Il faut encourager les gens à se passer de la voiture quand c’est possible»

  2. Le médecin belge Yves de Locht a entrepris une tournée de sensibilisation des médias français et écrit un livre.

    Euthanasie: «Elle est partie dans les meilleures conditions possibles»

  3. Le MR ne veut pas être associé à ce qui est considéré par beaucoup comme une erreur du secrétaire d’Etat N-VA. © Belga.

    Pourquoi Charles Michel recadre Theo Francken sur son action vis-à-vis des migrants en transit

Chroniques
  • Simplifier l’orthographe, compliquer la lecture

    Lorsque Le Soir a publié, le 3 septembre, un article relayant l’idée de simplifier les règles d’accord du participe passé, j’ai cru que cela allait provoquer une de ces polémiques dont les questions touchant à l’orthographe ont le secret.

    Mais la polémique n’a pas eu lieu, en tout cas dans les colonnes du journal : j’y ai juste trouvé une lettre de protestation d’un lecteur.

    Il faut dire qu’à lire le dossier du Soir, l’affaire semblait pliée. Lancée par un spectacle relayé par la RTBF et par une carte blanche de ses deux auteurs dans Libération, l’idée était appuyée par une interview de Dan Van Raemdonck, professeur de linguistique à l’ULB, et par une carte blanche électronique, « Les leçons du (participe) passé », signée par des dizaines de linguistes et de grammairiens...

    Lire la suite