Liège: une dame grièvement blessée après une chute d’une dizaine de mètres

Une dame a été grièvement blessée vendredi matin après une chute d’une dizaine de mètres à Liège. La chute est d’origine accidentelle, a déclaré en soirée le parquet de Liège. La victime aurait tenté d’échapper à un malfaiteur.

Vers 9h30, une dame a chuté d’un immeuble de dix mètres de haut. À 9h45, les services de secours se sont rendus sur place pour prendre en charge la victime. Sérieusement blessée, elle a été transportée à l’hôpital le plus proche. Ses jours ne sont pas en danger.

Au vu des circonstances confuses de sa chute, la police de la zone a préféré avertir le parquet de Liège. D’après des auditions réalisées en début de soirée, la chute de la dame est bel et bien accidentelle. Elle se serait passée dans un contexte de stupéfiants. Selon les personnes interrogées, la victime se trouvait au troisième étage de l’immeuble en compagnie de plusieurs personnes quand un individu les aurait menacées avec un couteau. Un homme qui se trouvait sur les lieux a alors tenté de prendre la fuite en sautant sur une plate-forme. La dame aurait voulu faire de même mais n’aurait pas réussi. Elle serait alors tombée dans le vide. À 21h00, les auditions étaient toujours en cours. D’après le parquet de Liège, un homme sera déféré samedi matin.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite