Di Rupo souhaite une reprise urgente des négociations israélo-palestiniennes

Camille Wernaers (d’après Belga)

Le premier ministre Elio Di Rupo a rencontré Shimon Peres, premier ministre israélien. Il a rappelé à cette occasion le souhait de la Belgique : des négociations pour arriver à la coexistence d’Israël et de la Palestine.

  • 
Elio Di Rupo et le premier ministre israélien Shimon Peres ©Belga
    Elio Di Rupo et le premier ministre israélien Shimon Peres ©Belga

Le Premier ministre Elio Di Rupo a appelé à une reprise urgente des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens à l’occasion d’une rencontre avec le président de l’État hébreu, le travailliste Shimon Peres, en visite en Belgique.

M. Di Rupo a rappelé la position de la Belgique et de l’Union européenne : «  une reprise urgente des négociations de paix afin de parvenir à une solution fondée sur la coexistence de deux États, avec l’État d’Israël et un État de Palestine indépendant, démocratique, d’un seul tenant et viable  », a indiqué son entourage.

Ces négociations de paix israélo-palestiniennes sont suspendues depuis 2010.

«  Chaque peuple a le droit de vivre librement et en sécurité  », a fait valoir le Premier ministre.

La Belgique, État observateur

C’est dans cet esprit que la Belgique a voté le 29 novembre 2012 en faveur de l’octroi du statut d’État observateur des Nations Unies à la Palestine.

M. Di Rupo a également a exprimé sa «  vive préoccupation  » concernant la politique de colonisation israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupé et annexé, «  qui a été condamnée par l’Union européenne et une grande partie de la communauté internationale  », a-t-on ajouté.

Parallèlement, la Belgique est engagée dans la lutte contre le terrorisme. La sécurité d’Israël constitue une préoccupation constante de la Belgique et doit continuer à jouer un rôle central, a souligné le chef du gouvernement.

Elio Di Rupo a encore rappelé l’importance de lutter contre toute forme de discrimination et a souligné la nécessité de n’accepter aucun propos ou acte antisémite.

Enfin, il espère que la visite prochaine du président américain Barack Obama en Israël permettra d’enclencher une dynamique positive en faveur du processus de paix.

M. Obama doit se rendre en visite officielle à Jérusalem et Ramallah, en Cisjordanie, entre le 20 et 22 mars.