Mali: les troupes françaises commenceront à se retirer en avril

Camille Wernaers (d’après AFP)

François Hollande a annoncé pour le mois d’avril le retrait des troupes françaises du Mali, où elles combattent les troupes rebelles sur deux fronts, alors qu’un quatrième soldat français a été tué.

  • 
©Reuters
    ©Reuters

Le chef de l’État français François Hollande a annoncé le début en avril du retrait des troupes déployées au Mali où l’armée française combat sur deux fronts des groupes islamistes qui font montre d’une vive résistance et lui causent de nouvelles pertes.

En visite à Varsovie, François Hollande a déclaré que la «  phase ultime  » de l’intervention «  va durer encore tout le mois de mars  ».

«  Et, à partir du mois d’avril, il y aura une diminution du nombre de soldats français au Mali dès lors que les forces africaines seront en relais, appuyées par des Européens  », a ajouté M. Hollande.

Début février, son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait affirmé que le nombre de soldats français au Mali -environ 4.000 hommes- devrait commencer à diminuer «  à partir de mars, si tout se passe comme prévu  ».

Le chef de l’État a par ailleurs affirmé que des «  chefs terroristes  » avaient été «  anéantis  » dans le massif des Ifoghas à l’extrême nord du Mali où sont déployées des forces françaises.

C’est dans cette région que les militaires tchadiens affirment avoir tué la semaine dernière les jihadistes Abou Zeid, haut responsable d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et Mokhtar Belmokhtar, chef d’une branche dissidente d’Aqmi.

Deuxième offensive

Une deuxième «  offensive  » a été lancée autour de Gao, dans le nord, «  où nous sommes convaincus qu’il y a un certain nombre de combattants terroristes  », a également indiqué M. Hollande. Le terme «  terroriste  » désigne pour l’armée et l’exécutif français les groupes armés islamistes, notamment Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), présents dans le nord du Mali.

Sur le terrain, alors que de violents combats opposent les soldats français et tchadiens aux jihadistes dans le massif des Ifoghas, de petits groupes harcèlent les troupes maliennes et françaises plusieurs centaines de km plus au sud, autour de Gao.

Une dizaine de combattants islamistes et un soldat français ont ainsi été tués mercredi lors de combats près de Tin Keraten, selon l’armée française. Quatre militaires maliens ont également été blessés dans cet « accrochage  ».

Selon le ministère français de la Défense, une dizaine de «  terroristes  » ont été tués par de frappes de Mirage 2000 et d’hélicoptères appuyant 200 soldats maliens. C’est au cours de ces combats qu’un soldat français a été «  mortellement touché  ».

Le militaire participait à une mission de reconnaissance avec un détachement de l’armée malienne, quand son unité a été prise à partie par un groupe de combattants islamistes.

«  Une demi-dizaine  » de combattants islamistes se sont rendus aux soldats français dans les Ifoghas, a précisé le ministère.

Un quatrième soldat tué

Un total de 24 hommes interpellés dans le nord du Mali depuis le début de l’opération militaire française a été présentés ces derniers jours à des juges à Bamako pour «  détention d’armes  », «  terrorisme  », «  rébellion  », a indiqué à l’AFP le procureur chargé du dossier.

Un 4e soldat français a ainsi été tué mercredi dans des combats avec les combattants islamistes près de Gao, dans le nord du pays.

La mort de ce soldat porte à quatre le nombre de militaires français tués depuis le début le 11 janvier de l’opération Serval, l’offensive visant à chasser les groupes islamistes armés du nord du Mali.

Vos réactions

Voir toutes les réactions

6. retep dit le 07/03/2013, 07:45

il avait pas dit en mars??? bon ok en avril...en quelle année??

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 6 non 6
5. God dit le 06/03/2013, 22:07

Louise-2011, non, seulement un signal clair pour les Africains et les Européens que la France aura fait son boulot. Après ? Le relais sera donné en fonction de la situation. Dakar, Abidjan et 'N Djamena ne sont pas loin du tout. Et Libreville et Djibouti, pas trop loin non plus ...

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 13 non 7
4. rafi71 dit le 06/03/2013, 22:02

Poisson d'avril.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 10 non 8
3. Louise_2011 dit le 06/03/2013, 21:37

Ce genre de déclaration ne fait aucun sens, elle avantage l'ennemi quel qu'il soit. A croire que les démocraties occidentales veulent se suicider.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 5 non 4
Voir toutes les réactions »

Osez la rencontre !