Pour le Wall Street Journal, la Belgique est «en panne»

Louis Colart (St.)

La correspondante du Wall Street Journal à Bruxelles pointe, dans un article, les dysfonctionnements de la Belgique relevés par la Commission européenne, qui dresse un tableau peu reluisant du pays.

  • 
©Le Soir
    ©Le Soir

Il s’installe un climat de ‘Belgium bashing’ (en bon français, de dénigrement de la Belgique) dans la presse étrangère. La correspondante du Wall Street Journal a publié un article sur le blog « Real time Brussels» qui pointe de manière systématique les failles économiques du royaume, en s’appuyant sur les recommandations de la Commission européenne. Hier, Rue 89 publiait un article (écrit par un Belge, Diederick Legrain) qui met à l’index un pays plein de « microfissures», comme ses centrales nucléaires. L’article de Libération sur « Bruxelles pas belle » aurait-il fait des petits?

«Le guide-UE pour un pays en panne»

De son côté, la journaliste du Wall Street Journal, Frances Robinson, décrit les principales failles de notre économie, en se basant sur les recommandations de la Commission européenne, publiées hier. «  Je fais souvent cela sur mon blog, explique-t-elle. C’est amusant de changer le ton des communiqués de la Commission européenne qui sont plein de langue de bois. » Revue de détail.

2% du PIB gaspillé dans les embouteillages

La mauvaise circulation sur les routes belges nous coûterait deux points de Produit intérieur brut (PIB). « La surprise, c’est que ce ne soit que 2%  », ironise-t-elle.

La Belgique n’est pas compétitive

En cause, raconte Frances Robinson, l’index, la dette faramineuse, la recherche qui patine ou encore le placement de notre industrie sur les produits intermédiaires. Là où la concurrence mondiale est la plus rude.

Le prix de l’énergie fait mal

« Les prix de l’électricité, du gaz et de beaucoup d’autres produits et services sont plus élevés en Belgique que dans les autres pays membres, reflétant sa faible concurrence et ses barrières structurelles », écrit Robinson.

Les impôts sont trop élevés

Elle pointe aussi du doigt les impôts, qui pèsent sur la consommation intérieure: « La Belgique a l’un des systèmes d’imposition les plus injustes au monde ». Rien de nouveau de ce côté-là. Malgré quelques efforts pour diminuer la taxation du travail, soulignait la Commission, elle reste l’une des plus élevées d’Europe.

Gare au taux de chômage

Le Wall Street Journal pointe du doigt deux choses: d’une part le taux de chômage élevé chez les personnes immigrées. La journaliste installée à Bruxelles demande aux gouvernements s’il ne serait pas temps de s’atteler au travail. D’autre part, les aides à l’emploi, qui ne bénéficient pas suffisamment aux femmes, aux seniors et aux jeunes peu qualifiés.

Le fédéralisme belge est illisible

Là encore, la critique n’est pas nouvelle: la multiplication des structures de gouvernance pèse sur l’efficacité de celle-ci. Notamment au niveau des coûts administratifs. La commission a eu la critique acerbe sur ce point.

Et en plus, nous ne sommes pas écolos

La Belgique devait réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 15% à l’horizon 2020? L’objectif ne sera pas atteint. En cause, selon l’observatrice qui cite les recommandations européennes, les initiatives isolées des entités fédérées. Bref, le manque de clarté dans les objectifs.

Le constat général est sévère. « On pourrait avoir l’impression que s’installe une forme de ‘Belgium bashing’ avec l’accumulation des articles, mais tous les points soulevés dans mon article sont issus de la Commission européenne », rappelle Frances Robinson. C’est l’accumulation des problèmes soulevés qui peut assommer les personnes concernées au premier chef: les Belges. Et si, après cela, vous lisez l’article de Diederick Legrain sur Rue 89, une soudaine envie de déménager pourrait vous étreindre. Le journaliste belge dresse un parallèle entre les microfissures constatées sur les réacteurs nucléaires et les problèmes de gouvernance.

«Vice de fabrication, microfissures: la Belgique est comme ses centrales nucléaires»

«  Un vice de fabrication (question linguistique tardivement résolue), des microfissures (déséquilibres budgétaires entre Régions, vacillement prononcé de la monarchie, accentuation du séparatisme en politique), et enfin une sorte de défaut général de prévoyance propice à la fécondation d’emmerdements futurs », c’est ce qui menace le royaume, selon Legrain. Il rappelle que les élections de 2014 risquent d’acter « l’évaporation définitive du pays ». Puis soulève la question que pose la proposition de Jan Peumans de conditionner la formation du gouvernement fédéral à des négociations entre les entités fédérées. Ce qui reviendrait à placer les Régions au-dessus du fédéral, dans l’ordre d’importance. « Une pure hérésie et une grave provocation » estime-t-il. Enfin, Legrain explique que le peu de réactions politiques provoquées par ce ballon d’essai de Jan Peumans rappelle une mauvaise habitude belge qui consisterait à mettre « la poussière sous la carpette».

Bilan, en une phrase, de ces deux articles: la Belgique a beaucoup de soucis et a tendance à ne pas les affronter. Le ‘Belgium bashing’ a de beaux jours devant lui.

Vos réactions

Voir toutes les réactions

84. yvesfautledire dit le 31/05/2013, 13:57

Ils sont encore gentils, cela fait des décennies que la Belgique a enclenché la marche arrière

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 0
83. Dré32 dit le 31/05/2013, 10:34

Mais il y a pire encore : c'est la possibilité de comparer. Imaginez-vous que vous êtes indépendant à Bruxelles, dans une commune bien notée. Vous trimez comme un esclave et vous voyez vos voisins : Eurocrate détaché des réalités d'un côté, expatrié français affichant son tri de vie avec arrogance, de l'autre. Vous ressentez physiquement que vous n'appartenez plus à la classe moyenne mais que vous êtes au bas de l'échelle. Le poison de l'extrême-droite d'insinue en vous et vous vous demandez si les immigrés, tous revenus confondus, ne sont pas plus aptes que vous à exploiter les failles du système belge. Ne sous-estimez pas ce contexte : il est fréquent. Il amène la perte de confiance et, plus loin, la destruction du tissu démocratique.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 2 non 1
82. Dré32 dit le 31/05/2013, 10:32

Un des systèmes d

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 1 non 1
81. Dré32 dit le 31/05/2013, 10:31

"La Belgique a l

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 1 non 1
80. Dré32 dit le 31/05/2013, 10:30

"La Belgique a l

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 1 non 1
Voir toutes les réactions »