Pierre Piccinin libéré: «Malgré les épreuves subies, je vais bien»

Baudouin Loos

L’enseignant belge de 40 ans, qui a été libéré dimanche après une détention de cinq mois exactement en Syrie, est déjà rentré en Belgique, ce lundi à 5h40. Il a confié au « Soir » ses impressions.

  • 
©AFP
    ©AFP

Pierre Piccinin va bien, merci pour lui. L’enseignant belge, 40 ans, parti en Syrie début avril avec un reporter italien de La Stampa Domenico Quirico, a été libéré dimanche après une détention de cinq mois exactement. Il est déjà rentré en Belgique par avion spécial d’Italie ce lundi à 5h40 . Il a été accueilli à Melsbroek par ses parents au comble du soulagement après des mois d’intenses inquiétudes, la ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet, le directeur du centre de crise Jaak Raes ainsi que des représentants de la police fédérale. Il nous a confié ses impressions.

« Je vais bien, malgré les épreuves subies. Mon ami Domenico est un peu plus éprouvé, mais il a 62 ans, pourtant c’est un sportif qui a fait des marathons. C’était dur. Il a d’ailleurs subi deux simulacres d’exécution… »

Pierre Piccinin da Prata, de son vrai nom d’origine italienne, évoque une véritable « odyssée » à travers la Syrie en rébellion.« Nous avons franchi la frontière depuis le Liban le 6 avril, deux jours plus tard, nous étions à Qussayr et c’est là que l’Armée syrienne libre (ASL) nous a arrêtés puis livrés à la brigade « Abou Ammar », du nom de son chef. Ces gens sont des demi-dingues plus brigands qu’islamistes, plus ou moins inféodés au mouvement « Al-Farouk », l’un des principaux groupes de rebelles même s’il a un peu éclaté ces derniers temps. »

Le séjour à Qussayr allait s’avérer épique. « A peine arrêtés, la ville a commencé à être assiégée par les troupes syriennes épaulées par le Hezbollah. Nous y sommes restés deux mois ! Les cinq derniers jours ont été terribles, nous étions enfermés dans une cave sordide aux murs couverts de cafards, alors que les bombes tombaient à proximité, nous avons failli être ensevelis. Puis, c’est devenu intenable et la plupart des rebelles ont décidé de fuir, de nuit. Une longue colonne de voitures a pris la direction de Homs entre le 5 et le 7 juin, harcelée par le Hezbollah qui a réussi à détruire plusieurs véhicules. »

L’errance des otages allait ensuite se poursuivre dans le nord du pays. « On a été livré à al-Farouk, qui nous a menés à Yabroud (près du Liban) puis de là de nuit dans des pick-ups on est monté dans le gouvernorat d’Idlib, bien plus au nord. Quelques semaines plus tard, nous nous retrouvions à Bal al-Awa à la frontière turque, mais nos espoirs de libération s’évanouissaient car on repartait bientôt vers l’est, vers Raqqa, aux mains des groupes islamistes depuis des mois. Nous n’a pas atteint la ville car on a bifurqué 80 km avant sur une piste dans le désert. »

Les contacts avec ses proches ont été quasiment impossibles. « A Qussayr, rien, malgré les promesses de nos ravisseurs. Juste après, j’ai réussi à subtiliser un GSM pendant quelques minutes et on a appelé brièvement nos familles puis plus rien. Mais on a peu à peu compris que des tractations impliquant les Italiens se tramaient en coulisses. L’Italie a une bonne expérience de ces situations. Mais cela ne se passait pas bien, on a cru qu’on allait être exécutés à un moment donné et on a réussi à s’enfuir de nuit mais on a été repris et puni le surlendemain ».

Toutefois, les négociations se poursuivaient. « On nous a d’ailleurs demandé début août par là de faire une vidéo pour prouver qu’on était toujours en vie (vidéo jamais diffusée, NDLR), puis vers le 23 août on nous a posé des questions personnelles comme le nom de mon chat – une idée de ma mère suggérée aux négociateurs italiens ! – de manière à ce que nos ravisseurs puissent convaincre ceux qui négociaient en Europe qu’on était en effet toujours bien en vie. »

Jusqu’à ce dimanche, jour de la libération, sur laquelle les ex-otages savent peu de choses ou ne veulent pas en dire plus. Pierre n’est pas près de retourner en Syrie, où il s’est déjà rendu huit fois depuis le début des événements en 2011.« C’est devenu trop dangereux pour les étrangers. L’ALS est en déliquescence. De nombreux groupes rebelles sont très radicaux, anti-occidentaux, anti-chrétiens même. La révolution n’est plus ce qu’elle était… »

Vos réactions

Voir toutes les réactions

32. Ronceval dit le 09/09/2013, 21:42

C'est vrai Zotichone, la plupart des gens qui s'expriment assidûment dans les commentaires sont comme tout-puissants : ils s'accaparent une tribune, qui devient répugnante. Finalement d'ailleurs ils restent seuls, faisant fuir tous ceux qui ont un peu le goût de la nuance, le désir de réfléchir. Et, par un effet boule de neige, restant seuls ils se croient assurés d'une unanimité, alors que tout au contraire, par dégoût, on les a laissés à leurs éructations.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 0
31. Zotichone102 dit le 09/09/2013, 21:10

Pourquoi tant de haine ? On pourrait peut-être laisser les choses se décanter un peu avant de juger. Je n'ai aucun préjugé par rapport à cette personne mais je suis assez étonné, c'est un euphémisme, de constater que, son avion n'ayant pas encore atterri, il se faisait déjà descendre en flammes (je parle de l'ex-otage, pas de l'avion). C'est assez étonnant de trouver autant de certitudes sur ce forum. Je vous envie un peu, je l'avoue, d'avoir tellement de renseignements sur cette situation, moi je ne m'y retrouve pas trop. Autrefois, on avait "le café du commerce" et donc peu d'auditeurs. Heureusement on a inventé Internet.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 2 non 1
30. muleta dit le 09/09/2013, 15:58

Que fichait 1000ket à l'aéroport, en dehors de se faire photographier avec ce type? Qui en est déjà a jouer les otages pour la deuxième fois en Syrie. A la troisième, on lui enverra carrément Philippe et Mathilde:-) Quoiqu'il soit très probable qu'il n'y aie pas de troisième fois: il a fini par comprendre ce que n'importe qui de bon sens avait déjà compris depuis plus d'un an, sans se déplacer. La seule donnée intéressante, c'est l'affirmation que ce sont les crapules islamistes qui auraient utilisé les armes chimiques. Vu leur mentalité: "expédions-les tous pour la plus grande gloire d'A, et il reconnaîtra les siens", c'est plus que probable.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 7 non 1
29. albatros007 dit le 09/09/2013, 14:40

C'est un historien d'abord et qui enseigne pour le reste j'en sais rien s'il a ou pas des renseignements. Ceci dit vous non plus! Et pourquoi il ne serait plus enseignant comme vous dites? la suite ne m'intéresse pas.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 3 non 2
28. Suze dit le 09/09/2013, 13:47

Albatros, c'est un enseignant, pas un journaliste. "Son temps libre"? il est parti quand? pendant l'année scolaire! il comptait aller faire un petit tour de quelques jours peut-être? Et les renseignements qu'il peut rapporter sont quand même minces: il était prisonnier! Il ne faut pas le porter au pinacle! maintenant, il faudrait voir s'il est encore enseignant! je suis curieuse de voir la suite!

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 3 non 4
Voir toutes les réactions »

Osez la rencontre !