Freddy Thielemans: «Mon départ n’est pas une trahison»

Cl.DD, avec Belga

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles a officialisé sa démission. Freddy Thielemans a répliqué à ceux qui ont qualifié son départ de « trahison ».

  • 
Photo Le Soi
    Photo Le Soi

Freddy Thielemans a mis un terme à douze années de mayorat à la Ville de Bruxelles. Son départ, annoncé par Le Soir ce dimanche, a été officialisé devant le conseil communal de la Ville de Bruxelles, dans une salle comble, à l’Hôtel de Ville. Les différents témoignages et remerciements des chefs de groupe ont été ponctués d’une longue salve d’applaudissements nourris. En fonction des délais de procédure, Freddy Tielemans sera remplacé par l’actuel président du CPAS Yvan Mayeur le 16 décembre prochain.

Durant son allocution, Freddy Thielemans s’est défendu de commettre un « acte de trahison » en quittant le devant de la scène communale en cours de législature en soulignant que la Ville était gérée par une équipe composée du bourgmestre mais aussi d’échevins et de conseillers communaux. «  Il n’est pas possible de commettre un acte de trahison si le successeur animé de la même mentalité est choisi  », a-t-il commenté, non sans faire part de sa confiance dans les capacités d’Yvan Mayeur à prendre le relais.

Priorité au plateau du Heyzel

Selon Freddy Thielemans, les projets sur lesquels la majorité s’est engagée seront réalisés. Pour lui, le développement du plateau du Heyzel doit être prioritaire.

Au-delà des critiques politiques de l’opposition sur le message que ce départ en plein exercice peut revêtir en termes de respect de la démocratie, il ne s’est trouvé personne pour critiquer une personne qui de l’aveu d’une écrasante majorité des chefs de groupe a incarné pleinement Bruxelles à la fois vis-à-vis de la population mais aussi des nombreuses personnalités étrangères qu’il a rencontrées.

Dans l’opposition, Joëlle Milquet (cdH), Marie Nagy (Ecolo) et Fabian Maingain (FDF) se sont joints à Jacques Oberwoits (MR) et Jean-Marie Amand (PS) pour saluer tour à tour, l’homme, sa «  bonhomie  », son «  érudition  », sa «  proximité avec les Bruxellois  », «  un grand bourgmestre  », respectueux de l’opposition. Mais ils ont aussi déploré son départ sur le plan politique, le jugeant critiquable sur le plan de la gouvernance, du respect de l’électeur et de la transparence.

Vos réactions

Voir toutes les réactions

10. comi dit le 05/11/2013, 23:15

Le départ de Thielemans est une trahison. Non pas à l égard de ses électeurs. Mais à l égard de l idée d une nouvelle manière de faire de la politique. C est un mauvais coup qui met au grand jour des agissements condamnables: une reconversion confortable au Parc des Expositions déjà annoncée. Et le double aveuglement coupable de son poulain adoubé: Pascale Peraita, directrice du Samusocial au salaire exorbitant et... à l appartement social du CPAS de Bruxelles... Navrant.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 0
9. Breydel dit le 05/11/2013, 08:44

c'est un jeu politicien

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 2 non 2
8. bobajo33 dit le 05/11/2013, 07:54

La vraie raison du départ de notre bourgmestre adoré n'est-elle pas dans la hausse annoncée du prix de la bière en février prochain?

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 3 non 2
7. VHB dit le 05/11/2013, 07:50

Thielemans doit se sentir très coupable pour se défendre de la sorte. Mais qu'il se console, il n'est pas le seul. En Flandre il y a plus d'un politque des partis traditionnels qui trahissent leurs électeurs. Ils ne se gènent plus d'ailleurs.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 3 non 2
6. monalisa dit le 04/11/2013, 21:57

pas une trahison peut-être , mais encore de la combine socialiste: il est élu avec des milliers de voix, puis il passe la main à un collègue qui en a beaucoup moins!

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 7 non 2
Voir toutes les réactions »