Environ 70% des vols de Brussels Airlines sont annulés (direct)

P.LA, Alejandra (st) avec Belga

Brussels Airlines propose des alternatives aux voyageurs dont les vols ont été supprimés mais les places risquent de se faire plus rares ce soir. Tous les vols à destination de l’Afrique sont assurés.

  • 
Photo Le Soir
    Photo Le Soir
  • 
Archives Gregory De Muylder (Le Soir)
    Archives Gregory De Muylder (Le Soir)
  • 
Archives Belga
    Archives Belga

Le direct sur votre mobile

Une cinquantaine de pilotes de Brussels Airlines ont décidé de débrayer. Ils considèrent que la direction ne respecte pas les accords passés l’année dernière pour relever la rentabilité de l’entreprise. Deux points posent problème : les congés et les contrats qui concernent les pilotes de plus de 58 ans. Brussels Airlines leur demande de laisser la place aux plus jeunes.

« En raison d’une grève sauvage d’un nombre de nos pilotes, nous sommes obligés d’annuler plusieurs vols ce lundi 18 novembre 2013. Nous mettons tout en oeuvre afin de limiter les inconvénients pour nos passagers. Brussels Airlines propose aux passagers dont les vols sont affectés par la grève des solutions alternatives de voyage », a communiqué Brussels Airlines.

« Il est très difficile de prévoir ce qui va se passer dans les heures qui viennent »

L’évolution de la situation peut-être suivie sur le site de Brussels Airlines ou encore sur Twitter ou Facebook.

Plus d’un vol sur deux a dû être annulé notamment les vols à destination de l’Europe et un pour New York. Tous les vols pour l’Afrique partiront normalement. Cet après-midi, la grève des pilotes a déjà entraîné l’annulation d’environ 45 vols à l’arrivée ou au départ de l’aéroport de Bruxelles, l’équivalent de 70¨ % des vols prévus aujourd’hui par la compagnie.

Selon le porte-parole de Brussels Airlines, Geert Sciot, tous les passagers pourront parvenir à destination, les passagers du vol annulé de Madrid ayant par exemple été replacés sur un vol partant plus tard pour la capitale espagnole. Des alternatives sont mises en place pour l’instant en accord avec d’autres compagnies aériennes, notamment Lufthansa, British Airways et Czech Airlines. Cet après-midi aucun passager est resté sans vol de remplacement. Cependant, les places disponibles dans les autres compagnies risquent de devenir rares à la fin de la soirée, selon le porte-parole de Brussels Airlines.

Et le porte-parole d’ajouter : « C’est très difficile de prévoir ce qui va se passer dans heures qui viennent car les pilotes doivent se présenter 1h30 avant le départ du vol et on ne peut savoir qu’à ce moment-là si les pilotes vont travailler ou pas ».

Quant à la porte-parole de l’aéroport de Bruxelles, elle conseille aux passagers de Brussels Airlines de vérifier sur le site internet si leur vol est bien opéré. Si tel n’est pas le cas, elle leur suggère de téléphoner à la compagnie ou à leur agent de voyages plutôt que de se rendre à l’aéroport où, vers 10 heures, une centaine de personnes faisaient la file aux guichets. « Je devais partir à New-York ce matin, maintenant je serai minimum six heures en retard ! », explique ce jeune français. « On m’a trouvé une place dans un avion de la compagnie British Airways mais je vais tout de même demander une compensation économique. Brussels Airlines devrait au moins me donner de quoi téléphoner les personnes qui m’attendent là-bas », insiste-t-il. « Moi, je devais prendre l’avion vers Nice à 11h50. Je suis très stressée car je dois être à Monaco pour la fête nationale. J’en ai marre d’attendre, c’est toujours la grève en Belgique!», ajoute une ostendaise en colère.

« Le mécontentement est très important »

Les pilotes se sont réunis à 5h30 pour une réunion d’information dans les locaux de la compagnie aérienne. «  Environ 80 % des pilotes n’ont pas repris le travail », a indiqué Thierry Vuchelen du syndicat libéral ACLVB/CGSLB, précisant donc que huit avions sur dix seraient cloués au sol.

Paul Buekenhout du syndicat chrétien flamand LBC souligne que « le mécontentement est très important ». « La grève est totale. C’est la première fois dans l’histoire de Brussels Airlines qu’une action connaît un tel succès. Les pilotes qui ne doivent pas travailler sont également présents. »

La direction se dit toujours ouverte à la discussion

« Nous avons atteint un accord l’année dernière avec une délégation du personnel concernant un plan de restructuration, appelé ’Beyond 2012-2013’», a expliqué Geert Sciot, porte-parole de Brussels Airlines. L’argent récupéré grâce à ce plan « doit être investi, mais également servir à une amélioration de la productivité. Pour cette dernière, nous sommes tombés d’accord avec les pilotes sur le fait qu’ils travailleraient moins durant les deux années à venir, 85 % pour la première, 90 % pour la deuxième. En raison des bons chiffres, les pilotes peuvent depuis janvier, la deuxième année donc, retourner à un rythme de travail de 100 % et non 90 % », a indiqué Geert Sciot qui estime que c’est finalement une bonne nouvelle pour les pilotes.

Par ailleurs, Brussels Airlines a demandé aux pilotes âgés de plus de 58 ans de laisser la place aux plus jeunes collègues. « Les pilotes sont, à cet âge, déjà en droit d’être pensionné. C’est tout de même logique que nous leur demandions de laisser la place en faveur des plus jeunes ? », demande encore le porte-parole. « En ce qui concerne les vacances, nous avons demandé un étalement afin de pouvoir remplir nos services ».

Geert Sciot a encore ajouté que Brussels Airlines « était toujours prêt à discuter ».

Les syndicats et la direction de Brussels Airlines se sont retrouvés ce matin vers 10h pour une réunion de conciliation organisée dans les locaux du SPF Emploi. La réunion a été ensuite suspendue l’après-midi et se poursuivra au sein de l’aéroport de Bruxelles afin de permettre l’implication des pilotes en grève dans la négociation.

La grève des pilotes de la compagnie aérienne se poursuit jusqu’à nouvel ordre. Jusqu’à présent, il n’y a pas de fumée blanche dans le processus de conciliation mais les syndicats évoquent «une petite ouverture».

Vos réactions

Voir toutes les réactions

13. skyman dit le 18/11/2013, 15:57

Trevor, j'ai bossé 11 ans pour la SABENA, je peux vous affirmer que c'est bien les gouvernements DeHaene II et Verhofstadt 1 qui ont liquidé la SABENA. Di Rupo est même co-responsable de la faillite. Ce que D. Bellens disait au sujet du gouvernement ( pire actionnaire, pire gestionnaire, etc.. ) est une vérité qui n'a pas été digérée par les barons du PS, MR etc..très susceptibles lorsqu'on les critique, mais qui se permettent volontiers d'injurier les citoyens et travailleurs Belges.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 0
12. skyman dit le 18/11/2013, 15:49

Ok, tout d'abord petite précision je ne bosse pas chez BA, mon avis est strictement personnel..les 8 pilotes tombent sous l'ancienne réglementation du régime spécial pour le droit ( pas une obligation) à la pension a 55 ans, mais à 58 ans, il reste encore 7 années de carrière possible.. Admettons qu'ils partent, mais qu'ils veulent encore travailler..qui va les engager à 58 ans et où ? Le point de vue du management est économiquement défendable, par contre c'est un avis qui politiquement n'est pas partagé par le gouvernement au sujet des fins de carrière. Risquer une grève pour se séparer de force de 8 pilotes en fin de carrière montre plutôt un certain malaise interne. ( dans la communauté des pilotes, ça discute beaucoup ). Paradoxalement, en Belgique, des gens font grève parce qu'ils ont encore envie de travailler !

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 0
11. Trevor dit le 18/11/2013, 14:35

La syndicats ont déjà eu la peau de la Sabena;voilà qu'ils remettent ça! une grève au moment où votre entreprise est en difficulté, ce n'est plus de la c... c'est carrément une volonté délibérée de destruction de l'emploi; par qui ces syndicalo-fachistes sont-ils payés?

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 1 non 1
10. Terbeli dit le 18/11/2013, 13:59

depart anticipé force par la direction. Si celle ci veut faire des economies sur la charge salariales ils peuvent commencer par leur salaires et ainsi montrer le bon exemple à suivre. Faites ce que je fais pour une fois. Comme à la SNCB et aux TEC ces grèves peuvent être anticipées et desamorcées mais la direction veut aller au clash malgré un effet negative sur la clientele.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 1 non 1
9. Terbeli dit le 18/11/2013, 13:56

Peut être que cette grève avertissement fera refléchir la direction quant au respect de leur engagements des conventions paritaires. Si des pilotes voudraient travailler jusque à la pension légale pour avoir une pension complete ils devraient avoir le choix et pas un choix de dép

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 1 non 1
Voir toutes les réactions »

Le top 5 du Bel 20

1 Ageas 31.31 1.31%
2 Delta Lloyd 18.97 0.26%
3 UCB 59.67 0.22%
4 Umicore 37.78 0.17%
5 bpost 16.50 0.09%

Osez la rencontre !