L’électricité moins chère: «Un faux cadeau»

Patricia Labar

La TVA sur l’électricité va passer à 6 %. Cette mesure permettra d’économiser une centaine d’euros par an. Mais dans le même temps, l’indexation des salaires sera retardée.

  • 
Emily Hoyos, la co-présidente d’Ecolo. Le Soir (Sylvain Piraux)
    Emily Hoyos, la co-présidente d’Ecolo. Le Soir (Sylvain Piraux)

Les ministres du gouvernement fédéral se sont accordés sur un plan de relance et de compétitivité. Parmi les mesures, la baisse de la TVA sur l’électricité. Concrètement, dès le premier avril prochain, pour les particuliers, le taux de TVA ne sera plus de 21 % comme actuellement, mais de 6 %, sans limitation dans le temps.

Cette mesure permet d’économiser en moyenne une centaine d’euros par an et par ménage. Mais dans le même temps, l’indexation des salaires sera retardée, ce sera donc un gain à relativiser.

Explications :

En faisant passer la TVA de 21 à 6 %, cela aura pour effet de ralentir l’inflation et donc de postposer l’indexation des salaires. L’argent qu’on aurait dû percevoir avec l’augmentation des revenus va donc servir à réduire la facture énergétique. On perd d’un côté, on gagne de l’autre. Résultat : les deux mesures se neutralisent.

Et Ecolo de commenter, « si la baisse de 6 % aura un effet direct sur la facture des citoyens, ceux-ci seront pénalisés par le recul de l’indexation des salaires qui est liée au prix de l’électricité », rappellent les Verts.

Les mesures de relance axées sur la question énergétique et la baisse des charges sur le travail vont dans le bon sens, selon Ecolo. Mais la baisse de la TVA sur l’électricité ressemble à un faux cadeau, car elle s’accompagnera d’un recul de l’indexation des salaires, puisque l’indexation est notamment liée au prix de l’électricité. Les entreprises, quant à elles, peuvent déjà déduire la TVA.

« Une mesure qui ne sert à rien »

La co-présidente, Emily Hoyos va même plus loin : « Les régions en Wallonie et à Bruxelles font déjà des choses concrètes pour soutenir les ménages et les entreprises. Le gouvernement fédéral peut encore, s’il le souhaite, plutôt soutenir ces mesures-là qui sont des mesures qui existent qu’il suffit d’accélérer et d’augmenter et d’amplifier plutôt que d’inventer une mesure qui ne va servir à rien et qui va coûter très cher au budget de l’État »

Les mesures de relance axées sur la question énergétique et la baisse des charges sur le travail vont dans le bon sens, selon Ecolo. Mais la baisse de la TVA sur l’électricité, de 21 à 6 %, ressemble à un faux cadeau, car elle s’accompagnera d’un recul de l’indexation des salaires, puisque l’indexation est notamment liée au prix de l’électricité. Les entreprises, quant à elles, peuvent déjà déduire la TVA.

Vos réactions

Voir toutes les réactions

34. hibou dit le 02/12/2013, 23:23

Qu'est-ce qui est préférable ? Diminuer la tva et donc retarder la prochaine indexation des salaires ou garder le taux actuel et avoir une indexation plus rapidement. Sachant que l'indexation n'est que le rattrapage du coût de la vie, je préfère la diminution de la tva...

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 0
33. skyman dit le 02/12/2013, 09:43

Je ne suis pas d'accord avec le discours des Écolos, les consommateurs ont déjà coutume de faire attention à leurs factures en ayant opté depuis quelques années déjà, pour des appareils moins energivores. Ces mêmes consommateurs comparent leurs factures annuelles sur base de KW consommés et du montant hors TVA. Le fait de baisser cette TVA a 6% ne va donc pas entraîner le consommateur à utiliser plus d'électricité, par contre avec les 100 eur d'économie, il ira peut-être au resto fêter un événement qui n'arrive que trop rarement dans ce pays : une baisse des taxes !!!

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 2 non 2
32. satanix dit le 01/12/2013, 18:17

Alors là, bravo pour le discours populiste... ! Relisez un peu ceci: http://democratie-nouvelle.skynetblogs.be/archive/2012/05/20/partant-pour-un-new-deal.html . L'auteur y expose comment l'on peu en serrant un peu de tous les côtés baisser les besoins des ménages de l'ordre de 80 à 100 euros/mois pour baisser le brut patronal de 200 euros/mois. beaucoup mieux qu'un saut d'index pour relancer la compétitivité. Bien sûr, d'autres solutions sont à mettre en place, notamment renvoyer certains chômeurs de longue durée et quelques opérations fiscales pour diminuer les besoins de l'état http://democratie-nouvelle.skynetblogs.be/archive/2011/06/14/creer-de-l-emploi-en-baissant-la-fiscalite.html et http://democratie-nouvelle.skynetblogs.be/archive/2013/05/07/bruxelles.html . Il faut semer pour récolter !

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 3 non 3
31. pbj dit le 01/12/2013, 14:09

Si le FDF, la NVA ou encore les Ecolos ne font rien, la responsabilité de la crise leur est exclusivement imputable. Comme si l'existence de la NVA n'avait pas forcé les partis traditionnels a remodeler leurs aspirations jusqu'à se compromettre ou mettre provisoirement en sourdine leur volonté constatée depuis des décennies de confédéralisme et d

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 2 non 5
30. pbj dit le 01/12/2013, 14:08

Les réactions lues sur ces lignes montrent que pour certains la démocratie se réduit à notre particratie, cette forme de dictature des présidents et des avantages acquit sur les citoyens. En effet, ils savent pertinemment que les partis maintenus dans l'opposition (parfois avec traîtrise ou volontairement pour éviter la compromission) ne sont jamais associés aux décisions prises alors que ces dernières sont pourtant toujours la conséquence de l'action de ces partis d

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 4 non 3
Voir toutes les réactions »

Osez la rencontre !