Le Belge Bahar Kimyongur à nouveau arrêté

Bahar Kimyongu
Bahar Kimyongu

Bahar Kimyongur, acquitté en Belgique pour des faits allégués de terrorisme (l’affaire dite du DHKP-C), mais frappé depuis 2006 d’un mandat d’arrêt international délivré par la Turquie en raison de sa participation à un chahut organisé le 28 novembre 2000 lors de la visite à Bruxelles du ministre turc Ismaïl Cem, a une nouvelle fois été arrêté vendredi matin à l’aéroport d’Athènes. Il a été retenu pendant plus de 2h30 dans les locaux de la police aéroportuaire avant d’être libéré.

Cette nouvelle arrestation s’ajoute à celles déjà subies et suivies de périodes d’emprisonnement aux Pays-Bas, en Italie et en Espagne. Elles résultent de la « notice rouge » délivrée par Interpol à la demande de la Turquie mais qui a été taxée d’illégale par les juridictions des différents pays concernés. Le 22 août, Interpol avait officiellement retiré la « notice rouge » concernant Kimyongur de son fichier, constatant la vanité du dossier turc. «  Le problème, souligne depuis Athènes Bahar Kimyongur, est que cette notice rouge a également été intégrée dans les fichiers nationaux de certains pays d’Europe, d’où ces arrestations qui se répètent ».

Le Conseil de l’Europe et le Parlement européen s’étaient émus de l’usage abusif des « notices rouges » délivrées par Interpol à la demande de pays abusant parfois de cette procédure policière pour mener des actions d’intimidation d’opposants politique. Le cas exemplatif de Kimyongur avait déjà été dénoncé au Parlement belge, avec ce constat inquiétant : l’existence d’une notice rouge d’Interpol n’étant pas notifiée au ressortissant belge qui en fait l’objet, il est susceptible d’être arrêté à l’autre bout du monde sur base d’un mandat d’arrêt fantaisiste, abusif ou erroné.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous