« En politique, il ne faut pas être malin,

il faut que les gens croient que vous l’êtes »

<span name=cutline_content dam:org_class=paragraph displayname=cutline_content dam:orgTag=cci:cutline_content><p dam:orgTag=cci:p>Herman De Croo partage avec son fils Alexander une passion pour </p><span xmlns:ccix=http://www.ccieurope.com/xmlns/ccimlextensions value=252 dam:orgTag=ccix:command></span><p dam:orgTag=cci:p>l’équitation.</p><span xmlns:ccix=http://www.ccieurope.com/xmlns/ccimlextensions value=252 dam:orgTag=ccix:command></span></span><p dam:orgTag=cci:p><span name=cutline_credit_c dam:org_class=character displayname=LEGENDE_CREDIT dam:orgTag=cci:cutline_credit_c>Bruno D’Alimonte</span></p>

Herman De Croo partage avec son fils Alexander une passion pour

l’équitation.

Bruno D’Alimonte

- LESOIR

Herman De Croo aime recevoir à domicile. C’est donc dans sa vaste villa blanche de Michelbeke, entité de Brakel, qu’il a choisi de nous accueillir. C’est ici que plongent ses racines, et celles de sa famille. Les De Croo vivent en effet dans ce petit coin de Flandre-Orientale, dans la même rue, depuis… 400 ans ! « Tous les hommes sont restés dans le village. Moi j’y suis depuis toujours. Alexander (son fils vice-Premier ministre, NDLR) habite à 200 m, dans une maison de son arrière-arrière grand-mère. Sur le mur, y a une croix qui indique où est mort mon arrière-arrière grand-père d’une chute de cheval, en 1864. Ma maison natale est tout près, là où sont maintenant mes chevaux. Moi, j’ai construit sur les terrains de la ferme familiale, où restent des tilleuls, dont l’un a 200 ans. Très peu de gens ont des racines aussi anciennes, au même endroit. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert