L’avocat du Watergate attaque la France

Edition numérique des abonnés

Rétablies en 2010 sous Nicolas Sarkozy, les relations diplomatiques entre la France et le Rwanda traversent une nouvelle zone de turbulences : non seulement Paris refuse toujours d’ouvrir les archives (cependant déclassifiées) de François Mitterrand concernant le rôle de la France au Rwanda avant, pendant et après le génocide des Tutsis en 1994, mais l’actuel ministre rwandais de la Défense, James Kabarebe a été convoqué à Paris par les juges d’instruction Nathalie Poux et Jean-Marc Herbaut, appartenant au pôle judiciaire anti-terroriste. Considéré comme le « numéro deux » du régime, le général Kabarebe aurait dû y être confronté à un nouveau témoin, « Jackson Munyeragwe » ou James Munyandina, qui assure avoir assisté aux préparatifs de l’attentat contre l’avion présidentiel, le 6 avril 1994.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite