Un seul écran pour tout gérer dans la maison

Selon le Managing Director d’IPBuilding, «le système est abordable, il brille par sa facilité d’utilisation et son efficacité. »
Selon le Managing Director d’IPBuilding, «le système est abordable, il brille par sa facilité d’utilisation et son efficacité. » - DR

Contrôler quand s’allument et s’éteignent les lumières, augmenter la température d’une pièce, vérifier la consommation du chauffage. Ce n’est pas nouveau : la domotique permet de centraliser toutes les technologies visant à améliorer le confort, la sécurité ou la communication dans la maison. Et cela fait un bail qu’elle a fait son entrée dans bon nombre de foyers. Raison de plus pour la réinventer ?

Depuis une douzaine d’années, IPBuilding développe une technologie « full IP », qui fonctionne via des standards internet « open source ». Une technologie qui se veut plus ouverte, plus abordable et offrant plus de possibilités qu’un système classique de domotique : « Nous sommes ouverts à toutes les techniques, à tous les appareils électroniques du marché, explique Kris Pensaert, Managing Director IPBuilding. Notre système est abordable, il brille par sa facilité d’utilisation et son efficacité. Le client choisit son interrupteur, sa télé, sa climatisation ou sa caméra, de la marque de son choix ; notre rôle est de faire communiquer tous ces éléments ensemble. »

Concrètement, cette technologie « smarthome » fonctionne via un réseau de capteurs munis d’adresses IP implanté dans l’immeuble, sans recourir aux systèmes propres aux différentes marques. « Vous choisissez vos appareils selon les prix, le design ou leurs performances, toutes marques confondues, insiste Kris Pensaert. Cela permet d’alléger la facture puisque vous n’êtes pas dépendant. »

Plus qu’une application, le système se veut plate-forme. L’ensemble des technologies de la maison peut être commandé depuis un seul écran (smartphone, tablette ou ordinateur), à distance si nécessaire, de manière flexible et intuitive.

« Smarthome » offre également l’avantage d’être modulable : le client choisit les options qui l’intéressent, parmi l’audio, l’énergie, le confort, la communication ou encore la sécurité, sans être obligé de prendre le pack complet. Quitte à étendre son offre ultérieurement, si ses besoins évoluent.

Du côté de l’entreprise, on l’assure : le système est un bon investissement. «  Les fonctions de thermostat, de ventilation et de climatisation peuvent être réglées très précisément. Des capteurs sont placés dans les locaux pour éviter que les pièces restent éclairées ou chauffées inutilement, l’application permet de modifier les données à distance. On peut aussi contrôler les dépenses d’eau, de gaz et d’électricité. La consommation des appareils en veille est supprimée, ce qui permet de gagner 10 à 20 % sur la facture énergétique. »

IPBuilding travaille avec des bureaux d’étude technique et des installateurs d’électricité. L’entreprise s’adresse aux collectivités et aux particuliers, et souhaite également informer le plus d’architectes possible des potentialités offertes par son produit. « Ce groupe cible réfléchit encore trop souvent en termes de systèmes domotiques fermés et dépassés, tandis que la “home automation” par Internet est en train de conquérir le monde. Ajoutons que le système fonctionne sur le réseau LAN fermé de l’utilisateur, donc hors de portée des personnes animées de mauvaises intentions. »

Des démonstrations sont régulièrement organisées dans des maisons et bâtiments témoins. « Nous sommes, à ma connaissance, les seuls à le commercialiser », insiste Kris Pensaert. Il n’y a plus qu’à tester…