Démasquer un psychopathe juste en bâillant?

Edition numérique des abonnés

Un des traits psychologiques qui caractérise la psychopathie est le manque d’empathie. Un psychopathe ne possède pas ou peu cette faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce que l’autre ressent.

Or le bâillement serait un indicateur fiable de la disposition d’un individu à cette qualité. Comme on le remarque souvent, bâiller est « contagieux ». Sauf qu’il ne le serait que pour des personnes douées d’empathie.

C’est ce que conclut une étude* de l’université américaine de Baylor (Texas) où 135 individus ont été soumis au test du bâillement. Les moins empathiques restent froids aux mouvements involontaires de la mâchoire de leurs congénères.

Attention aux conclusions hâtives

Alors, il ne s’agit bien entendu pas d’un test qui permet de poser un diagnostic de psychopathie, mais bien d’un indicateur que tout un chacun peut utiliser pour essayer d’évaluer la propension à l’empathie dans son entourage.

Il est d’ailleurs avéré que les individus autistes sont moins sensibles aux bâillements des autres, ils n’en sont pas psychopathes pour autant.

Si votre partenaire ne réciproque pas vos bâillements, il y a lieu d’élargir votre réflexion à d’autres situations vécues où il ferait preuve de peu d’empathie avant de tirer des conclusions.

Et d’un simple manque d’empathie à un diagnostic plus tranché, il y a un grand écart que seul un professionnel peut réaliser.

* Résultats publiés(en anglais)

Source : PsychologyToday