Les Pays-Bas testent le projet de Boyan Slat

Edition numérique des abonnés

La fondation Ocean Cleanup « va déployer un barrage long de 100 mètres lors du deuxième trimestre 2016 dans la mer du Nord, à 23 kilomètres des côtes néerlandaises », a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Utiliser les courants marins Imaginé en 2013 par Boyan Slat , alors âgé de 19 ans, ce barrage utilise les courants marins pour piéger les déchets.

« Le but du test est d’observer les effets de la mer, notamment les courants et les vagues », précise la fondation. Le barrage a déjà été testé en conditions contrôlées, notamment dans des bassins de grande taille aux Pays-Bas.

Ce test devrait servir de base à un autre à plus grande échelle près de l’île japonaise de Tsushima (sud). Entre le japon et la Corée du Sud, le système est prévu pour être déployé sur deux kilomètres.

Lire aussi : Le projet de Boyan Slat pour nettoyer les océans devrait voir le jour en 2016

Constitué de barrières sous lesquelles les poisons peuvent passer – et non de filets – le dispositif testé ne représente pas une menace pour la faune marine, selon la fondation néerlandaise.

À terme, la fondation souhaite étendre deux bras flottants de 50 kilomètres chacun, formant un « V » et les arrimer aux fonds marins. Grâce à un « rideau » immergé sur une profondeur de 3 mètres, ceux-ci bloqueraient les plastiques qui seraient ensuite récoltés dans un container.

Une pollution dangereuse L’impact des déchets plastiques sur l’environnement et la santé sont considérables. Dauphins, phoques, tortues,... s’y empêtres, s’étranglent et se noient ou les ingèrent, les confondant avec des méduses.

Lire aussi : Sauvetage d’une tortue marine au Cap Vert

Fragmentés en particules fines par les vagues et le vent, ils sont ingérés par les poissons et terminent dans nos assiettes. Ces matières sont soupçonnées d’avoir des effets négatifs sur la fertilité et de provoquer des cancers chez l’homme.

Lire aussi : Des bactéries pathogènes voyagent-elles grâce aux plastiques océaniques ?

Vidéo sur le continent plastique

En 2014, Boyan Slat recevait le prix « Champion de la Terre » décerné par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) .