Quand l’école se met au vert

© GoodPlanet
© GoodPlanet

René Collin, Ministre wallon de la nature, lance aux écoles maternelles et primaires de Wallonie un vaste appel à projets. Une enveloppe de 695.000 euros sera dégagée en deux ans pour soutenir 75 projets qui apporteront plus de biodiversité, de contact avec la nature et de convivialité dans leurs espaces de vie extérieurs, avec une attention particulière pour la cour de récréation.

Le projet sera animé par GoodPlanet et Natagora , deux associations déjà actives dans ce type de projets en milieu scolaire.

La biodiversité, c’est bon pour la santé

Des cours de récré qui font la part belle à la nature et à la biodiversité ? C’est une belle idée ! D’autant que, des études le prouvent, le contact avec la nature est très bénéfique pour les enfants.

« Un enfant qui passe ne fût-ce qu’une demi-heure par jour dans la nature est un enfant plus concentré, moins stressé, explique Céline Grandjean, porteuse du projet chez Goodplanet. Le contact avec la nature favorise la socialisation, la santé mentale et physique ainsi que le développement sensoriel et cognitif des enfants qui la fréquentent régulièrement. »

La nature, ça sert à tout !

La nature est aussi un formidable espace d’apprentissage et d’expérimentation pour toutes sortes de connaissances et de compétences. Des connaissances naturellement liées à la nature : la découverte du cycle des saisons, celui de l’eau, de la photosynthèse, l’observation d’un écosystème et des liens complexes qui unissent ses occupants, etc.

« Mais on espère aussi que les enseignants s’approprieront l’espace nature qui sera créé et qu’ils l’utiliseront pour développer des compétences qui n’ont pas forcément un lien direct avec la nature. On peut imaginer, par exemple, qu’un potager serve comme support grandeur nature au calcul des surfaces ou qu’un pré fleuri offre le cadre d’un cours sur les couleurs. »

Biodiversité, contact avec la nature et convivialité

Les projets seront sélectionnés par un jury sur base de plusieurs critères. La biodiversité, le contact avec la nature et la convivialité seront jugés en premier.

Le projet s’inscrit dans une démarche systémique : la nature et la biodiversité doivent être intégrées dans les espaces extérieurs de l’école et permettre d’augmenter le bien-être de leurs usagers.

« Ce qui importe, ce n’est pas de faire pousser une pelouse si les enfants n’ont pas le droit de s’y rouler ou les insectes d’y butiner. Potagers en bacs, nichoirs à insectes, jeux naturels, prés fleuris, arbres à grimper, les idées ne manquent pas, souligne Céline Grandjean. L’accompagnement que nous off rirons sera d’ailleurs personnalisé, pour nous adapter aux contextes parfois très différents des écoles. »