Bruxelles: un quart de l’horeca menacé de faillite

Photo Le Soir
Photo Le Soir - LESOIR

Les attentats du 22 mars ont marqué à jamais la Belgique. Toutes les conséquences ne sont pas encore mesurables, mais plus les chiffres tombent, plus les réactions affluent, plus l’impact semble important. De nouveaux chiffres, venus directement des secteurs concernés, montrent l’ampleur des conséquences des attaques du 22 mars. Près d’un quart (2.577) des 12.000 hôtels, cafés et restaurants bruxellois est menacé de réorganisation financière ou de faillite. A Bruxelles toujours, les musées et les attractions de la Région ont déploré une baisse de 21,4 % de visiteurs par rapport à 2015. Ailleurs, les conséquences se font aussi ressentir. La ville de Bruges connaît ainsi une baisse de fréquentation de 15 % par rapport à l’an passé.

De manière plus détaillée, le gouvernement a sondé nos ambassades sur la perception du pays après les attentats dans la presse étrangère. Les médias parlent d’«  amateurisme  » belge, de «  dysfonctionnement  », de «  failed state  » (Etat défaillant), de «  structures alambiquées  » et de «  mauvaise coordination  ».

La Belgique est également perçue comme une «  terre nourricière de l’extrémisme et potentiellement du djihadisme qui semble être très fertile  » chez nous. Voilà pourquoi «  l’impact potentiel des attentats sur la communauté musulmane en Belgique  » inquiète les pays étrangers, qui craignent «  un durcissement du comportement vis-à-vis de cette communauté ». L’analyse se nuance au fil du temps et certains éléments positifs sont mis en avant : « la sérénité avec laquelle le gouvernement et la population ont réagi », le « professionnalisme des équipes belges d’intervention et de sécurité »

Face à cette situation, le gouvernement fédéral a décidé d’investir 4 millions d’euros dans une campagne d’images. Elle veut toucher médias internationaux, touristes, voyageurs d’affaires et investisseurs.

Rien n’est encore tranché, mais elle devrait cibler des événements internationaux : Euro de foot, Tommorowland, Werchter… Le gouvernement fédéral a aussi choisi un VRP de choix. Charles Michel mouillera son maillot dans cette opération séduction. Le Premier ministre s’apprête, dans les prochains mois, à jouer les commis voyageurs dans une série de pays comme la Chine, où le voyage avait dû être annulé après les attentats, le Canada et les États-Unis. Peut-être de quoi redorer l’image du pays et ramener les touristes en Belgique.