Le débat du jour: le meurtre de Jo Cox va-t-il influencer le référendum du Brexit?

BRITAIN-POLITICS_ATTACK (2)

Le débat sur le Brexit a pris un virage dramatique jeudi après-midi. Jo Cox, véritable étoile montante du Parti travailliste, a été assassinée lors de la campagne du référendum sur le maintien ou non dans l’Union européenne. La police a arrêté sur les lieux Tommy Mair, l’auteur présumé des faits. Agé de 52 ans, l’homme aurait crié « Britain First » en poignardant puis en tirant sur la parlementaire qui tenait sa permanence hebdomadaire à Birstall, dans le Yorkshire. Britain First est un mouvement d’extrême droite hostile aux immigrés et à l’islam. L’organisation se défend toutefois de tout lien avec le meurtrier présumé.

Ce drame pourrait peser sur le référendum qui se tient le 23 juin. Les supporters d’un retrait vont être obligés de mettre en sourdine leur rhétorique anti-migration dont ils avaient su profiter à bon escient. Cette tragédie devrait également mobiliser l’électorat europhile jeune et féminin, moins déterminé à voter que les partisans du Brexit.

La mort de Jo Cox pourrait aussi mettre fin aux divisions du Labour et obliger le parti à se mobiliser pour la mémoire de la défunte, une pro-européenne convaincue.

Le 10 juin dernier, elle publiait une tribune selon laquelle le Brexit ne résoudrait pas le problème de l’immigration et dénonçait certaines propositions des eurosceptiques. Si elle ne pourra plus mener son combat, d’autres devraient le faire pour saluer sa mémoire.