Namur: un dispositif prévu pour éviter le chaos

Edition numérique des abonnés

Depuis le 16 août, le sens de la circulation a été modifié devant la gare de Namur. Les automobilistes ne peuvent désormais plus circuler que dans le sens Namur-Salzinnes. Le but de ces travaux est de reporter le transit dans le tunnel du MET, situé à l’arrière de la gare. Déjà en période de vacances, de nombreux Namurois se plaignent sur les réseaux sociaux des embarras que cette nouvelle circulation crée sur les routes. Mercredi dernier, il fallait par exemple 15 minutes pour traverser le tunnel, aux alentours de 10 h du matin. Une situation qui ne présage rien de bon pour la rentrée, prévue ce jeudi 1er septembre. Pour aider les automobilistes à s’acclimater à ce changement d’envergure, la semaine dernière, des agents de circulation étaient postés aux endroits les plus critiques. À partir de ce jeudi, ils seront mobilisés en nombre pour éviter aux personnes qui passent par Namur de patauger. «  C’est la fin des vacances pour nous aussi, donc on récupère de l’effectif. On sera placés aux endroits qui posent problème. Il s’agit surtout de la boucle d’Omalius, à la gare, au rond-point du cheval, à la fin du tunnel du MET et à la bretelle qui donne accès au pont de Louvain. On verra ce que ça donne…  », indique Manu Leleux, chef des opérations à la police de Namur.

Des travaux annoncés depuis longtemps

Certains automobilistes n’empruntent pas encore le tunnel situé au square d’Omalius pour se diriger vers Bouge et Saint-Servais. Ils réalisent leur parcours habituel et longent encore le parc Louise-Marie, alors qu’un panneau indique l’interdiction de tourner à gauche. «  Ils vont finir par comprendre, la phase du feu fait perdre beaucoup de temps  », reprend Manu Leleux.

Ce jeudi, outre la police, plusieurs autres équipes seront sur le terrain. «  Il y aura des agents du TEC, des gardiens de la paix, des stewards de GAU et des agents de sécurité du TEC. L’accent a été mis sur la rentrée et aussi en début de semaine prochaine car toutes les écoles ne rentrent pas en même temps  », explique Benoît Demazy, du service communication de la Ville.

Ces travaux étaient annoncés depuis longtemps aux Namurois. «  On a communiqué largement en juin et en août car on savait que ce changement allait arriver. Un courrier est parti vers toutes les grosses entreprises, administrations, les magasins et vers les écoles  », continue Benoit Demazy.

La Ville de Namur a également conseillé aux écoles de relayer l’information aux personnes qui fréquentent leur établissement. «  Des gardiens de la paix seront placés aux abords des écoles, au début de la journée et à la sortie des classes. La circulation sera majoritairement liée à la rentrée.  »

La Ville renvoie également les usagers de la route vers le site du Pavillon Urbain. «  Les gens peuvent s’informer sur la philosophie du projet. Si une personne souhaite connaître une information plus pointue, comme quelqu’un qui voudrait faire une livraison, un point de contact est prévu. »

L’école la plus touchée par les travaux est l’école des Ursulines. «  Les parents pourront déposer les enfants plus loin et faire demi-tour, les laisser au « dépose-minute » ou encore passer par l’arrière de la gare. La plupart des automobilistes passent par le quartier de la gare pour du transit. Ceux qui doivent conduire leurs enfants dans les autres écoles passent par la rue de Fer. Ils devront désormais passer par la rue Rogier pour les atteindre  », détaille Benoit Demazy.