2.000 personnes bloquées dans un train à Deinze: les explications de la SNCB

La pérennité de HR Rail est au yeux des syndicats une garantie du maintien du statut unique des cheminots. © Le Soir/Bruno D’Alimonte
La pérennité de HR Rail est au yeux des syndicats une garantie du maintien du statut unique des cheminots. © Le Soir/Bruno D’Alimonte - Bruno D’alimonte.

Dimanche soir, vers 19h, une personne a été heurtée par un train près de la gare de Beernem, à Deinze. Le trafic des trains a donc été totalement interrompu dans les deux sens entre Bruges et Aalter. La circulation ferroviaire était de retour à la normale vers 21h30. Mais elle a été énormément impactée, surtout en ce qui concerne les retours de la Côte.

Les trains en provenance d’Ostende, de Knokke et de Blankenberge ont été touchés. Et les nombreux retours d’une journée très ensoleillée à la mer n’ont rien arrangé.

Voir la vidéo sur mobile

Ce qu’en dit la SNCB

«  Trois trains supplémentaires ont été rajoutés pour se rendre à la Côte et trois trains en plus pour assurer le retour au départ de la mer. On a même évité de scinder le train à Bruges. Il n’y a eu aucun problème mécanique ou informatique, c’est vraiment suite au heurt de personne, donc indépendant de notre volonté  », explique Thierry Ney, porte-parole de la SNCB. «  Nous avons essayé de trouver des solutions pour contourner l’incident via des trajets alternatifs. Mais le souci, c’est que tous les conducteurs doivent connaître les lignes qu’ils empruntent. Ce qui a compliqué la tâche. Les voyageurs du train en question ont été évacués et prises en charge par des navettes de bus  », continue-t-il. Vu la situation, les navetteurs se sont tournés vers d’autres trains et c’est là qu’un autre train s’est retrouvé plus que rempli, avec environ 2.000 personnes alors qu’il avait une capacité de 1.400 places assises.

Le train rempli de 2.000 personnes a posé problème. Il était le premier à être parti de Blankenberge après la déviation mise en place. Le train était surchargé et plusieurs passagers se sont sentis mal. «  Des personnes ont alors actionné le système d’alarme, ce qui a engendré le freinage d’urgence du train  », rajoute Thierry Ney. Des secours venus sur place ont distribué de l’eau aux personnes à bord et ont porté assistance à celles qui en avaient besoin.

Ce même train bondé a redémarré vers 22h mais 500 personnes n’ont plus voulu remonter à bord.

Remboursement total

«  Bonne  » nouvelle quand même, les voyageurs peuvent être remboursés à 100 % pour l’achat de leur billet pour des retards de plus d’une heure, ce qui était le cas dimanche soir. Il faut se rendre sur le site internet de la SNCB et y remplir un formulaire.