Six millions d’euros pour l’e-santé

© D.R.
© D.R.

Le secteur de la santé a la forme. A Bruxelles, ce domaine d’activité représente une véritable pépinière d’entreprises. Entre les dispositifs médicaux, le pharma, les services de support et l’e-santé, la croissance est soutenue. De 461 entreprises en 2004, elles étaient passées à 582 en 2015, soit une hausse de 26,2 %. En 2014, la valeur ajoutée brute a atteint les 2,8 milliards d’euros, soit 4,4 % du PIB de la Région bruxelloise.

C’est donc tout naturellement que le ministre de la Santé et de l’Economie Didier Gosuin (Défi), a souhaité mettre l’accent sur ce domaine d’activité et particulièrement sur les entreprises actives en e-santé.

L’e-santé a enregistré la deuxième plus forte progression avec 4,46 entreprises créées par 100.000 habitants. « Elles profitent du réseau hospitalier très dense dans la capitale, explique Didier Gosuin. Nous nous devons de soutenir ce secteur et c’est pour cette raison que nous avons mis en place le cluster lifetech.brussels ainsi que la plateforme e-santé. Elle unit toutes nos forces et permet d’accélérer la mise à disposition de solutions et d’innovations technologiques. »

Les entreprises en e-santé demandent en effet un suivi particulier notamment à cause d’une législation plus complexe. Les innovations doivent aussi prendre en considération le milieu médical et commercial.

Depuis avril 2016, des programmes ont été mis en place pour accélérer la croissance de ces sociétés. « Une des faiblesses de ces startups est de ne pas éprouver suffisamment l’utilité de leur solution technologique, précise Azèle Mathieu, manager de Lifetech.brussels. L’avantage que nous leur proposons est de travailler directement avec des normes internationales pour ensuite pouvoir se développer plus rapidement. »

Un premier appel à projets avait été lancé en mars 2017 et 7 sociétés ont été sélectionnées. Parmi les lauréats, on retrouve Awell, qui propose un logiciel en ligne pour faciliter la collaboration d’une équipe multidisciplinaire autour d’un patient. Il s’agit en réalité d’un GPS qui donne toutes les étapes à suivre pour un patient et l’équipe soignante autour de lui. Cela facilite la vie des équipes surtout quand elles ne sont pas toutes situées au même endroit.

Autre société en e-santé : FamiDesk. L’idée est née de l’expérience de Christophe Malfroid. « A 47 ans, je me suis retrouvé aidant proche. Papa et cadre actif, j’ai voulu optimaliser la gestion des différentes personnes passant à domicile. En fait, mon but est de faire renter le cahier de communication dans l’ère du numérique. Tout le monde a ainsi accès aux différentes informations de manière simple et à tout moment. C’est un peu plus contraignant sur le moment même mais cela fait gagner du temps et évite la perte d’informations. »

L’aide pour ces projets provient pour 3 millions de la Région et pour la même somme des fonds européens Feder.