Des archéologues belges découvrent une pyramide

Edition numérique des abonnés

Des archéologues belges ont découvert, lors de recherches menées à Cheikh Abd el-Gourna en Egypte, la pyramide d’un important ministre du pharaon Ramsès II, a annoncé Mohammed Ibrahim, le ministre égyptien des Antiquités. Les archéologues sont issus de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et de l’Université de Liège (ULg).

Des impressions sur les briques du monument indiquent que la pyramide appartient à un vizir de Haute et de Basse-Égypte nommé Khay, qui a exercé cette charge équivalente à celle d’un premier ministre durant une quinzaine d’années sous le règne du pharaon Ramsès II (vers 1279-1213 avant J.-C.), peut-on lire dans un communiqué des universités.

La pyramide mesure 12 mètres de côté et sa hauteur d’origine atteignait 15 mètres. Le monument en briques crues était recouvert d’un enduit blanc éclatant et il était surmonté par un pyramidion en pierre décoré de l’image du propriétaire adorant le dieu Rê-Horakhty. La pyramide était construite dans la cour d’une tombe plus ancienne.

« Un monument remarquable »

Les pyramides en briques crues étaient construites au-dessus des tombes des hauts dignitaires de la période ramesside dans la nécropole thébaine. La tombe du vizir est située immédiatement en contrebas de la pyramide, sous une maison villageoise moderne, et reste encore à explorer.

Occupant la plus haute fonction civile du royaume, le vizir Khay a été impliqué dans la célébration des six premiers jubilés de Ramsès II. Il a aussi supervisé la communauté des artisans chargés de réaliser les tombes royales de la Vallée des Rois et de la Vallée des Reines. Deux statues du vizir, aujourd’hui au musée du Caire, proviennent de la Cachette de Karnak, découverte en 1903.

« Le monument a été largement détruit au VIIe-VIIIe siècle de notre ère, lorsque la tombe a été transformée en ermitage copte », a communiqué la mission. « La découverte est d’une importance remarquable, car le vizir Khay est bien connu des égyptologues par de nombreux documents », a-t-elle poursuivi.

Louxor, la Thèbes antique, regorge de trésors archéologiques comme les temples de Karnak et Louxor. D’ordinaire très fréquentée par les touristes, elle a été durement affectée par l’instabilité qui a suivi la chute en février 2011 du régime de Hosni Moubarak.

« Peu de chances que la tombe ne soit pas violée »

Laurent Bavay qui supervise les fouilles a été interrogé par la RTBF. Il explique que la trouvaille a été faite alors que les archéologues se concentraient sur une autre tombe découverte en 2009 et qui appartient à un haut personnage de la dynastie. Selon Laurent Bavay, il y a peu de chances que la tombe soit inviolée car elle est notamment occupée par une maison moderne.