Après Hoyos, Cheron s’en prend aux élus PS et CDH «du passé»

Edition numérique des abonnés

La co-présidente d’Ecolo, Emily Hoyos, avait donné le ton il y a quelques semaines, au lendemain d’un débat houleux sur les éoliennes au parlement wallon : elle n’avait pas hésité à dénoncer « les députés conservateurs » du PS et du CDH qui s’en étaient pris aux ministres Ecolo. Pour rappel, les trois partis composent la majorité.

Jeudi matin sur Bel-RTL, le député wallon Marcel Cheron en a remis une couche : sans les nommer, il a dénoncé un « quarteron de parlementaires du passé » membres du CDH et du PS qui sont, selon lui, responsables des attaques dont les écologistes font l’objet de la part de leurs partenaires de la coalition Olivier dirigeant la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il les considère même comme « des libéraux masqués ».

« Ce sont des gens qui sont censés être dans une majorité, souligne l’élu du Brabant wallon, mais qui défendent une politique du passé, et qui font d’Ecolo une cible alors qu’Ecolo est un moteur de changement ».

Ce grand écart entre progressistes et conservateurs sonne-t-il le glas de l’actuelle majorité ? Pour M. Cheron, l’Olivier wallon n’est pas mort, alors que des élections générales se tiendront l’an prochain. « Les jeux ne sont pas faits, heureusement. Ce sont les citoyens qui se prononcent », des citoyens qui comprennent qu’Ecolo est l’objet d’« attaques politiciennes », a-t-il conclu.