Lady Gaga nue pour Marina Abramovic

Lady Gaga sait faire parler d’elle, c’est peu de le dire. La « Mother Monster » est très active sur les réseaux sociaux, Twitter en tête. Récemment, pour bien occuper le terrain médiatique avant la sortie annoncée de son single le 19 août, elle posait nue sans maquillage en couverture de V Magazine.

Avant-hier, c’est la planète mode belge qui s’émouvait de la voir habillée d’une robe dessinée par la jeune styliste bruxelloise issue de La Cambre, Louise Leconte. Laissons de côté les mauvaises langues considérer qu’un rien habille la star qui aime par ailleurs poser dans le plus simple appareil (la preuve ici, ici ou ici), pour se pencher sur cette photo. La Gaga y apparaît aux côtés d’une artiste qui a vaguement les traits d’Isabella Rosselini. Les deux femmes vêtues de noir sont assises sur un ballot de paille. On a parlé de cette robe mi-cuir, mi-organza, «  mi-opaque, mi-transparente, mi-solide, mi-fluide qui dévoile ce qu’on cache habituellement  », comme la décrit la styliste formée à La Cambre. Mais que fait le sosie d’Isabella Rosselini aux côtés de la pop star ? Et pourquoi ce foin sous les deux femmes ?

Une récolte de fonds pour l’Institut que veut fonder Marina Abramovic

En fait, l’artiste qui ressemble de loin à l’héroïne de « Blue Velvet » est une artiste d’origine serbe spécialisée dans l’art de la performance. C’est au Moma, à New York, que Lady Gaga a rencontré Marina Abramovic, en 2010, dans une performance intitulée « The Artist is Present » où elle fixait un quidam assis sur une chaise face à elle, ce qui a donné lieu à cette belle rencontre émouvante avec un homme qu’elle a aimé. L’artiste le reconnaît, dans une vidéo sur YouTube, son corps est son outil de travail. Pour cette performance, elle explorait aussi celui des autres, transformant le spectateur en acteur de l’expérience : «  quand le public vient voir une performance, il est une sorte de voyeur, j’ai voulu renverser la situation et qu’il puisse aussi avoir un regard introverti sur ce qui se passe en eux  », explique Marina Abramovic.

Voilà que les deux artistes vont plus loin ou en tout cas, par la force de frappe médiatique qu’a la Gaga, parviennent à toucher encore plus de monde. Marina Abramovic est une adepte de la pleine conscience. Elle dit vouloir sonder l’expression des tréfonds de l’âme. Barrée ? «  Je ne suis pas folle du tout  », affirme-t-elle d’emblée dans cette vidéo expliquant sa méthode et sur son site. Elle y livre quelques exercices. Elle y invite aussi à soutenir la création de son institut réservé aux arts et à la méditation. On la retrouve aussi sur la plate-forme de crowdfunding Kickstarter, où elle espère récolter 600.000 dollars de fonds (pour l’heure elle en a le tiers environ).

Habillée dans la rivière et nue avec un glaçon

En s’associant à Lady Gaga, l’artiste s’offre une bombe à retardement médiatique. D’autant que le petit clip avec la plus dingue des pop stars a tout de la pépite. Déjà la bande-son peut interloquer… Lady Gaga tient une seule note (n’est pas Camille qui veut, pensez à mettre des casques si vous travaillez en open space ou à couper le son).

Les images laissent tout aussi circonspect. La chanteuse américaine y applique la méthode de l’artiste serbe, soit « une série d’exercices visant à élever la conscience des participants sur leur expérience physique et mentale ». En pyjama blanc, Lady Gaga est d’abord couchée. Puis elle est debout au milieu d’une rivière, habillée en noir avec une espèce de truc jaune sur les yeux qui ressemble à des antennes d’escargot. Le plan suivant la montre dos à Marina Abramovic, toutes les deux assises sur une chaise (toujours dans la rivière). Ensuite, revoilà la pop star toute seule et toute nue. Elle porte un masque sur les yeux et marche les bras en l’air. On dirait qu’elle va faire la roue. Mais non. Après, elle ramasse un bois dans la forêt, avec des bottes aux pieds. Et puis elle enserre un bloc de glaçons, toujours en tenue d’Eve. La dernière séquence la montre entourée de morceaux de glace… La vidéo fait le buzz, mais est-elle vraiment propice à la récolte fonds ? A suivre sur Kickstarter…