Le tattoo, une tendance bien encrée

Béatrice Martin, 24 ans, chanteuse canadienne du groupe Cœur de Pirate. La plupart de ses tatouages sont des motifs traditionnels Old School<134>: hirondelles (signe de retour au port pour les marins après de nombreuses épreuves), cœur ailé percé d’une ancre, étoiles, une Alice au pays des pirates, les mots «<134>Plus jamais<134>»...
Béatrice Martin, 24 ans, chanteuse canadienne du groupe Cœur de Pirate. La plupart de ses tatouages sont des motifs traditionnels Old School<134>: hirondelles (signe de retour au port pour les marins après de nombreuses épreuves), cœur ailé percé d’une ancre, étoiles, une Alice au pays des pirates, les mots «<134>Plus jamais<134>»... - DR

Il y a 10 ans, 5 ans même, les peaux étaient nues. Muettes. Fresques, portraits, phrases et végétation luxuriante n’avaient pas encore fait main basse sur les épidermes. Les temps ont changé. Selon un sondage cité par les organisateurs du Mondial du Tatouage organisé à Paris au printemps dernier, 10 % des Français sont tatoués, dont 20 % des 25-35 ans.

Une espèce déjà en voie de disparition ? Fin novembre, un arrêté ministériel, suspendu jusqu’au premier janvier, a interdit 59 colorants utilisés dans les encres de tatouage, soupçonnés d’être nocifs. Les tatoueurs ont obtenu un délai pour que de nouvelles analyses toxicologiques soient menées sur les pigments incriminés.

Première réaction : les Français commencent à venir se faire encrer chez nous. Seconde : les tatoueurs belges frémissent à leur tour. « En Belgique, on n’a pas le SNAT (Syndicat national des artistes tatoueurs) qui défend le métier en France, explique Arjunah, alias Ronny. Donc ce qui se passe avec l’interdiction des couleurs nous inquiète quand même un peu. Si on décide de faire pareil chez nous, la plupart des tatoueurs pourront fermer boutique et on assistera à un grave retour à la clandestinité avec travail à domicile, en black, etc. Aujourd’hui, la moitié des tatouages qu’on nous demande sont en couleur. L’autre, en noir et gris. Or, les 59 encres incriminées constituent 90 % de ce qu’on utilise pour travailler. Avec leur disparition, on perdrait la moitié de notre clientèle. Et les tatoués en couleur deviendraient des collectors ».

Arjunah bosse depuis fin 1996. En 2008, à Bruxelles, il ouvre son salon, Tendre Furie, avec trois autres tatoueurs. Son truc, à ce roi du figuratif, c’est l’asiatique, le portrait, la peinture primitive flamande… « Les gens sont très influencés par les acteurs, les chanteurs. Parfois, il faut les calmer : quelqu’un est venu l’autre jour pour avoir le portrait de sa femme sur le bras. Un petit bout de bras. J’ai dû lui expliquer qu’un tatouage, ça ne marche pas comme une photocopie qu’on peut réduire à volonté. Donc on a tranché sur un tattoo qui lui ferait “penser” à sa femme : un sphynx, parce qu’elle a acheté cinq de ces chats sans poil »…

Leur faire comprendre aussi, qu’on ne se paie pas un tattoo comme on s’achète une boîte de chocolats. Ou de Kleenex, puisque neuf fois sur dix, on se tatoue après un deuil ou une rupture. Le tatouage-minute est pourtant à la mode. Depuis le début des années 2000, les émissions de télé-réalité américaines comme Ink Master (le Top Chef du tattoo) ou Best Ink (une compét’ avec jury) donnent pignon sur rue aux tatoueurs. Kat Von D, par exemple, a été révélée au grand public dans l’émission Miami Ink. La jeune artiste possède aujourd’hui une grande renommée grâce notamment aux artistes qu’elle a tatoués : Jared Leto de 30 Seconds to Mars, Frank Iero de My Chemical Romance, Billie Joe Armstrong de Green Day, Miley Cyrus ou Lady Gaga…

Comment résister, devant la profusion de stars osant franchir le pas, de Zlatan Ibrahimovic à Angelina Jolie, de David Beckham (un Christ, les noms de ses enfants, Cupidon et Psyché avec son visage à lui et celui de Victoria…) à Alizée (une Fée Clochette, SailorMoon, Mickey et Minnie…) ? Avant, on les cachait. Les filles se faisaient encrer un coquelicot sur l’aine, maintenant, c’est un champ tout entier sur les deux bras. On montre tout. Indélébile, et alors ? Facebook fêtera ses dix ans en février 2014. Dix ans qu’on y poste des trucs qui ne s’effaceront jamais. Des trucs autrement plus graves qu’une étoile ou qu’un papillon.

JULIE HUON

Tendre furie, 382 chaussée de Waterloo, 1060 Bruxelles. www.tendrefurie.be