La Russie envisage de sanctionner la Belgique pour le vote sur l’euthanasie des mineurs

Edition numérique des abonnés

Des membres de la Douma, le parlement russe, ont demandé au ministère des Affaires étrangères d’étudier la loi belge élargissant l’euthanasie aux mineurs, votée la semaine passée, en vue d’interdire l’adoption d’enfants russes par des Belges, écrit lundi Russia Today.

La décision d’euthanasie appartient « à Dieu »

L’initiative émane du député Roman Choedjakov, membre du parti nationaliste de droite LDPR (Parti libéral-démocrate de Russie), qui avait déclaré au journal Izvestija avoir écrit une lettre en ce sens au ministre des Affaires étrangères Sergeï Lavrov.

Selon lui, la majorité des groupes défendant les droits des enfants et des organisations religieuses soutiennent une telle interdiction de l’adoption de citoyens russes par des Belges. La décision d’euthanasier ne peut être prise « que par Dieu », estime-t-il.

Les orphelins russes, nouvelle arme diplomatique

Ce n’est pas la première fois que la Russie utilise le droit d’adoption pour faire pression sur un autre pays. Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a signé, peu après le vote en France de la loi sur le mariage des homosexuels, un décret en interdisant l’adoption par des parents bi- et homosexuels ou non mariés.

Six mois plus tôt, Vladimir Poutine, quant à lui, avait validé l’interdiction aux citoyens américains d’adopter des enfants russes. Il s’agissait alors de l’un des épisodes d’un bras de fer diplomatique extrêmement tendu qui a vu s’opposer les deux puissances après la publication de « la liste Magnitski ».