Rififi au PTB dinantais

Joël Dachelet au centre poursuivra son aventure politique au sein du Mouvement de Gauche. © D.R.
Joël Dachelet au centre poursuivra son aventure politique au sein du Mouvement de Gauche. © D.R.

Le PTB, qui place l’humain et l’intérêt des plus faibles au cœur de sa campagne, serait-il sourd aux demandes de ses propres militants ?

Selon Joël Dachelet, cet électricien de formation, qui milite au PTB depuis 2010, la direction provinciale namuroise prend toutes les décisions. « J’étais responsable du groupe de base de Ciney. Au PTB, les militants doivent tout donner puis suivre comme des moutons. Je ne peux plus subir ce fonctionnement, cette dictature. »

Il affirme que les listes ont été composées, sans écouter ce que la base avait à dire. « Ce sont quelques personnes qui décident pour tout le monde, alors que le PTB fonctionne grâce à l’argent des membres et militants. »

Déçu, Joël s’est retiré de la direction de campagne, en mars. « J’ai écrit à Raoul Hedebouw (porte-parole et tête de liste à la Chambre pour le PTB) pour lui faire part des motifs de ma décision, mais je n’ai jamais eu aucune nouvelle. » Le bureau de campagne note, mais n’accepte pas la démission car il ne s’agit pas d’une décision collégiale.

« Suite à ça, j’ai été placé deuxième sur la liste. Officiellement, on a dit que ce changement, en faveur d’une jeune femme de Couvin (NdlR : Amandine Lambotte, 27 ans) était justifié pour avoir une figure féminine sur la liste. En réalité, j’ai été sanctionné pour avoir démissionné de la direction de campagne. Je n’ai jamais été d’accord d’être second. »

Ces derniers jours, Joël Dachelet aurait proposé aux instances namuroises du parti une rencontre, afin d’apaiser les tensions. « Cela m’a été refusé. Je le déplore. J’ai donc décidé de claquer la porte. »

S’il a décidé de quitter le PTB, Joël Dachelet reste un homme de gauche. Pour son avenir en politique, il a choisi le Mouvement de Gauche. « Leur force militante m’a séduit. Leur programme est élaboré par la base. Ça me plaît, par rapport au PTB-go ! qui n’est que de la poudre aux yeux. Au MG, je serai tête de liste au Parlement Wallon, pour l’arrondissement Dinant-Philippeville. »

Le désormais ex-membre du PTB l’affirme, d’autres militants hésitent à le suivre dans sa démarche. « Des gens qui pensent comme moi, il y en a beaucoup au sein du parti. J’ai reçu beaucoup de témoignages en ce sens. »