Accord partiel sur le survol de Bruxelles

Le dernier conseil des ministres du gouvernement Di Rupo est parvenu à un accord partiel sur les propositions du CDH et de son secrétaire d’Etat fédéral à la Mobilité Melchior Wathelet afin de compléter les nouvelles procédures de décollage de l’aéroport de Bruxelles mises en œuvre en février dernier et figurant dans les accords de gouvernement de 2008 et 2010.

La création d’une autorité de contrôle indépendante, qui figurait également dans ces accords, a été actée. Cette autorité neutre sera chargée de mesure les nuisances conséquentes aux nouvelles procédures, afin de permettre le cas échéant de rectifier les plans de vols si les normes de bruit bruxelloises sont dépassées.

La loi de procédure, qui détermine les conditions à respecter pour créer, modifier ou supprimer les mouvements aériens, a également été votée.

Enfin, le conseil des ministres a également entériné l’établissement d’un forum de concertation incluant tous les intervenants dans le dossier, y compris les mouvements citoyens, qui sera chargé de formuler de nouvelles propositions pour le prochain gouvernement.

L’élargissement de la nuit de 22 heures à 7 heures du matin, contre 23 heures à 6 heures actuellement, qui était également proposé par Melchior Wathelet, n’a pas été retenu.

Selon la porte-parole de Melchior Wathelet, celui-ci est satisfait d’avoir mené à bien un point de l’accord de gouvernement, mais il déplore la tournure politicienne qu’a pris son aboutissement.

Huytebroeck : « Un nouvel aveu d’échec pour Melchior Wathelet »

Evelyne Huytebroeck (Ecolo). © Pierre-Yves Thienpont.
Evelyne Huytebroeck (Ecolo). © Pierre-Yves Thienpont. - LESOIR

La ministre bruxelloise de l’Environnement, Evelyne Huytebroeck (Ecolo) a réagi par voie de communiqué à cette annonce. « Melchior Wathelet a commis une erreur stratégique et rien ne changera pour les Bruxellois avant la prochaine législature », déplore-t-elle. Pour Evelyne Huytebroeck, avant le changement de routes opéré en février, il était indispensable de créer d’abord cette Autorité de contrôle et d’obtenir un accord de coopération avec les Régions. « Il fallait suspendre le plan Wathelet dans l’attente d’une concertation avec les Régions afin d’instaurer rapidement des solutions structurelles permettant de soulager tous les citoyens et également revoir les routes survolant la Région bruxelloise », déplore-t-elle.

Reynders tacle Wathelet avant le kern

Melchior Wathelet (CDH), ce matin, avant le dernier conseil des ministres de la législature. © Belga.
Melchior Wathelet (CDH), ce matin, avant le dernier conseil des ministres de la législature. © Belga. - Belga

Avant la réunion, le chef de file MR au gouvernement fédéral, Didier Reynders a invité vendredi le secrétaire d’Etat CDH Melchior Wathelet à « corriger » ses « erreurs » dans le tracé des routes aériennes au-dessus de Bruxelles. Le CDH a dénoncé l’électoralisme du ministre réformateur.

Rappelant que les nouvelles routes étaient le fruit d’accords de 2008 et 2010, auxquels le MR était partie prenante, Melchior Wathelet n’a pas du tout apprécié cette attaque. « Quelle erreur est-ce qu’il a lui commise puisqu’il a validé le même accord ? Il essaie de prendre un autre point de vue à un mois des élections alors qu’il ne s’était jamais insurgé jusqu’ici, c’est un peu fatigant », a réagi le secrétaire d’Etat CDH.

Finalement, des points d’accord ont donc pu être dégagés.